Compte-rendu de la réunion du groupe aspect du 21 juin 2014

Etaient présents: Gunnar De Boele, Camille Denizot, Richard Faure, Jean Lallot, Frédéric Lambert, Chantal Marbœuf, Odile Mortier-Waldschmidt, Sophie Vassilaki.

Cette séance a été marquée par l’annonce d’une grande nouvelle: Camille Denizot a été élue Maître de Conférences de linguistique grecque à l’Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

1) Organisation du colloque de Bordeaux: regroupement thématique approximatif des propositions acceptées. Organisation des deux journées. Evaluation complémentaire du projet de Marijana Petrovic “Convergence des futurs grec et valaque”, jugés très intéressant et intégré au colloque.

2) Exposé de Chantal Marbœuf “L’expression du futur en grec médiéval tardif” portant sur la concurrence entre θέλω et θέλω νὰ sur des textes du XIVème au début XVIème siècle.

3) Rappel et précisions de Camille Denizot concernant le carnet de recherche. Il faut que nous le fassions vivre et que chacun se réinscrive, s’il ou elle ne l’a pas fait et y publie des billets concernant notre thématique commune, au-delà du futur bien sûr.

4) Sympathique et copieux pique-nique sur place.

5) Bref exposé de Richard Faure, suivi d’un échange,  sur son projet de communication à Bordeaux: “Εἰ + futur ou pourquoi les émotions ont de l’avenir chez Thucydide”.

6) Exposé de notre invité Christophe Bouton, Professeur de philosophie à l’Université Bordeaux-Montaigne, membre honoraire de l’IUF: “Les futurs contingents chez Aristote et chez Leibniz”.
Résumé: “Il s’agit tout d’abord de rappeler les arguments qu’Aristote utilise pour limiter le principe de bivalence dans le cas des propositions portant sur les futurs contingents (De Interpretatione, Chap. IX). Ces arguments sont de nature ontologique mais aussi pratique. Puis, on présentera la réception chez Leibniz du problème des futurs contingents et sa critique d’Aristote, dans la cadre d’une théorie de la prescience divine qui s’efforce de préserver la liberté humaine. On examinera à chaque fois la conception du futur qui est impliquée dans ce débat, en relevant certains néologismes utilisés par Leibniz pour nommer le futur (existiturus, existituriens).”

7) La prochaine réunion est celle du colloque de Bordeaux, les 10 et 11 octobre. La suivante aura lieu à l’INALCO à Paris le samedi 30 mai: réservez dès maintenant cette journée!

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.