Futur et autres formes modales

Allan Rutger J., 2013: « Exploring Modality’s Semantic Space. Grammaticalization, Subjectification and the case of ὀφείλω », Glotta 89, p. 1-46.

Bers Victor, 1984 : Greek poetic Syntax in the Classical Age, London, Yale University Press. [ch.5, subj. et opt.]

Bolkestein A. Machtelt, 1980 : Problems in the Description of Modal Verbs, an Investigation of Latin, Assen, Van Gorcum.

Burguière Paul, 1960 : Histoire de l’infinitif en grec, Paris, Klincksieck.

Cowgill Warren, 1964 : « The supposed Cypriote Optatives du-wa-no-i and do-ko-i, with notes on the greek infinitive formations », Language 40/2, p. 344-365. [élimine les deux exs d’opt. dits directifs en chypriote]

Delaunois Marcel, 1988 : Essai de syntaxe grecque classique, réflexions et recherches, Bruxelles, Facultés Universitaires Saint-Louis. [subj. et opt.]

Delveroudi Rhea, Tsamadou Irene et Vassilaki Sophia, 1994 : « Mood and Modality in Modern Greek : The Particle NA », dans Philippaki-Warburton et al. (dir.), Themes in Greek Linguistics, Amsterdam, John Benjamins, p. 185-192.

Denizot Camille, 2014 : «La catégorie de l’éventuel en grec ancien et en latin», dans Jean Albesprit, Frédéric Lambert et Catherine Moreau (dir.), Du réel à l’irréel I. Diversité des langues et représentations métalinguistiques. Presses Universitaires de Rennes : Travaux linguistiques du Cerlico 25, p. 13-30.

Dobias-Lalou Catherine, 2001 : « De l’optatif comme mode de luxe dans l’usage épigraphique », Verbum 3, p. 269-280. [sur l’emploi de l’opt. ds des actes directifs]

Fassbänder F., 1884 : De optatiuo futuri, Leipzig, Teubner. [utile au moins pour le relevé]

Faure Richard, 2014 : « The Oblique Optative, a case of narrative tense. The example of the Future Optative », dans Annamaria Bartolotta (dir.), The Greek Verb. Morphology, Syntax and Semantics, Peeters, Louvain-la-Neuve.

Giannakidou Anastasia et Mari Alda, 2014 : «The future in Greek and Italian : metaphysical and epistemic dimensions»

Horrocks Geoffrey, 2014 : «High-register Medieval Greek. “Diglossia” and what lay behind it», dans Caterina Carpinato et Olga Tribunato (dir.), Storia e storie della lingua greca, Venice, Università Ca’ Foscari.

Kiparsky Paul, 1968 : « Tense and Mood in Indo-european Syntax », Foundations of Language 4, p. 30‑68.

Kurzová Helena, 1968 : Zur syntaktischen Struktur des griechischen /Infinitiv und Nebensatz/, Prag. Ac. Verlag der Tschechoslowakischen Akademie der Wissenschaften.

Le Goffic Pierre et Lab Frédérique, 2001 : « Le présent pro futuro », dans Pierre Le Goffic (dir.), Le présent, Cahiers Chronos.

Lillo Antonio, 2001 : « Considérations sur certains usages épigraphiques de l’optatif : la situation de l’arcadien », Verbum 23/3, p. 281-296.

Macleod M. D. 1956 : « Ἄν with the Future in Lucian and Solecist », Classical Quaterly 50, p. 102-111. [tournure condamnée par Lucien mais employée]

Minon Sophie, 2001 : « Emplois et valeurs de l’optatif dans le dialecte éléen », Verbum 23/3, p. 297‑322.

Strunk Klaus, 1987 : 1988 : « Zur diachronischen Morphosyntax des Konjunktivs », dans A. Rijksbaron, H. A. Mulder, G. C. Wakker (dir.), In the Footsteps of Raphaël Kühner = Proceedings of the International Colloquium in Commemoration of the 150th Anniversary of Raphael Kühner’s Ausführliche Grammatik der griechischen sprache II Theil : Syntax, p. 291-312, Amsterdam, J. C. Gieben.

Tichy Eva, 2006 : Der Konjunktiv und seine Nachbarkategorien. Studien zum indogermanischen Verbum, ausgehend von der älteren vedischen Prosa, Bremen, Hempen Verlag. [avec des comparaisons avec le futur, morphologie et sémantique]

Touratier Christian, 1977 : « Valeurs et fonctionnement du subjonctif latin », Revue des Études Latines 55, p. 370-406.

Wakker Gerry, 1994 : Conditions and Conditionals. An Investigation of Ancient Greek, Amsterdam, J. C. Gieben.

Futur et subordination

Amigues Suzanne, 1977b : Les subordonnées finales par ὅπως en attique classique, Paris, Klincksieck. [syntaxe et sémantique]

Comrie B., 1982 : « Future time reference in the conditional protasis », Australian Journal of Linguistics 2, p. 143-152.

De Boel Gunnar, 1999 : « La concurrence entre l’infinitif et la subordonnée en ὅπως /ἵνα en attique classique et en grec néotestamentaire », dans B. Jacquinod (dir.), Les complétives en grec ancien, p. 265-276.

Hedin Eva, 2000 : « Future marking in conditional and temporal clauses in Greek », dans Östen Dahl (dir.), Tense and Aspect in the Languages of Europe, Berlin, New York, Mouton de Gruyter, p. 329-349. [gr. mod.]

Henry Albert, 1955 : « Les propositions introduites par si en fonction d’indépendantes (Étude de syntaxe affective) », Romanica Gandensia IV. Études de philologie romane, p. 219-250.

Rijksbaron Albert, 1976 : Temporal and causal conjunctions in Ancient Greek, Amsterdam, A. M. Hakkert.

—           1993 : « Sur les emplois de ἐάν et de ἐπέαν (à propos d’Euripide, Bacchantes  50-51) », Lalies 12, p. 131-144.

Wakker Gerry, 1988 : « Purpose expressions in Homeric Greek », dans A. Rijksbaron, M. A. Mulder, G. C. Wakker (dir.), In the Footsteps of Raphaël Kühner, Amsterdam, p. 327-344.

Wathelet Paul, 1999 : « Les subordonnées introduites par ὄφρα dans l’épopée homérique », dans B. Jacquinod (dir.), Les complétives en grec ancien, p. 367-382.

Welser, Christopher S., 2010: « Use of ὡς with the Future Participle in Herodotus as an Indicator of Unfulfilled Expectations », Mnemosyne 63, p.1-22.

Futur et actes directifs

Aikhenvald Alexandra, 2010 : Imperatives and Commands, Oxford, Oxford University Press. [perspective typologique]

Allan Rutger J., 2010 : « The Infinitivus pro Imperativo in Ancient Greek. The Imperatival Infinitive as an Expression of Proper Procedural Action », Mnemosyne 63/2, p. 203‑228.

Ammann Hermann, 1927 : « Die ältesten Formen des Prohibitivsatzes im Griechischen und Lateinischen », Indogermanische Forschungen 45, p. 328-344. [défenses à l’imp. et au subj.]

Bakker Willem Frederik, 1966 : The Greek Imperative, Amsterdam, A. M. Hakkert. [autour de l’opposition pr./ao., avec une dimension diachronique jusqu’en gr. mod.]

Banfi Emanuele, 1997 : « Diacronica di un imperativo : gr.a. ἄφες > gr. biz.-med. ἄς, ngr. ας », dans Emanuele Banfi (dir.), Studi di linguistica greca, Milano, Francoangeli, p. 11-33. [description de la grammaticalisation]

Blanc Alain, 2010 : « Les finales de deuxième personne du singulier de l’impératif aoriste du grec ancien (‑σον, -σαι) », dans Injoo Choi-Jonin, Marc Duval et Olivier Soutet (dir.), Typologie et comparatisme. Hommages offerts à Alain Lemaréchal, Leuven, Paris, Peeters, p. 9-20. [morphologie]

Bolinger Dwight L., 1977 : Meaning and Form, London, New York, Longman. [ch.8 sur l’imp.]

Bonnard Henri, 1973 : « L’impératif », Grand Larousse de la langue française 3, Paris, Larousse, p. 2556‑2560.

Clark Billy, 1993 : « Relevance and “pseudo-imperatives” », Linguistics and Philosophy 16/1, p. 79-121. [sur les imp. non directifs]

Collin Catherine, 2006 : Le sujet dans l’injonction, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Conti Sara Eco, 2010 : I tempi nel sistema verbale greco antico e il caso dell’imperativo, Thèse de doctorat, Scuola Normale Superiore Pisa (non publiée).

Delveroudi Rhéa, 2002 : « À propos d’une des valeurs du présent de l’indicatif français : la valeur injonctive », Revue de Sémantique et de Pragmatique 11, p. 7-25.

De Melo Wolfgang, 2007 : « Latin prohibitions and the origins of the u/w- perfect and the type amāstī », Glotta 83, p. 43-68. [morphologie]

Denizot Camille, 2009 : « Un phénomène de double négation : οὐ μή suivis du futur ou du subjonctif », Syntaktika 38, p. 1-40.

—           2011 : Donner des ordres en grec ancien. Étude linguistique des formes de l’injonction, Rouen, Presses des Universités de Rouen et du Havre.

—           2012 : « Impolite orders in ancient Greek ? The οὐκ ἐρεῖς ; type », Journal of Historical Pragmatics 13/1, p. 110-128 [tournure interro-négatives au futur]

Desportes Yvon, 2006 : « L’impératif en germanique », dans Olivier Soutet (dir.), 2006, p. 213-279. [contre la définition de l’imp. comme un mode]

Fischer Sophie, 1988 : « Procédures discursives : la co-énonciation dans l’injonction », dans Jacques Cosnier, Nadine Gelas, Catherine Kerbrat-Orecchioni (dir.), Échanges sur la conversation, Paris, Éd. du C.N.R.S, p. 199-209. [perspective énonciative]

Floricic Franck, 2000 : « De l’impératif italien SII (sois !) et de l’impératif en général », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris 95/1, p. 227-266. [sur le thème nu de l’imp.]

Forssman Bernhard, 1985 : « Der Imperativ im urindogermanischen Verbalsystem », dans Bernfried Schlerath (dir.), Grammatische Kategorien, Funktion und Geschichte, Wiesbaden, Dr. L. Reichert Verlag, p. 181-197. [morphologie et grammaire comparée]

García Ramón José Luis, 2001 : « Impératif et infinitif pro imperativo dans les textes grecs dialectaux : les Lois de Gortyne », Verbum 23/3, p. 341-360.

—           2002 : « Subjuntivo e imperativo en la reconstrucción indoeuropea : IE 2. Sg. Ipv. *-si (y Med. *-so) y griego Ipv. 2. Sg. –σον, -σαι », Münchener Studien zur Sprachwissenschaft, 62, p. 23‑36.

Gerbe Rose-Marie, 2009 : « La disparition du futur et des formes personnelles dans les textes législatifs », Faits de langues 33 (Le futur), Paris, Ophrys, p. 185-195. [valeur des futurs directifs]

Hentze C., 1902 : « Der imperativische Infinitiv in den homerischen Gedichten », Beiträge zur Kunde der indogermanischen Sprachen 27, p. 106-137.

Lallot Jean, 1990 : « Un problème en grammaire antique : l’impératif a-t-il une première personne ? », Lalies 8, p. 141-152. [sur la question du supplétisme imp/subj]

Lemaréchal Alain, 1997a : « Zéro et les injonctifs », dans Gérard Deléchelle et Marc Fryd (dir.), Absence de marques -2- et représentation de l’absence, Paris, PUF, p. 125-143. [formes non marquées pour l’imp.]

—           1997b : Zéro(s), Paris, PUF. [même question et orientation du procès à l’imp.]

—           2006 : « Approche contrastive de l’impératif. Introduction », dans Olivier Soutet (dir.), 2006, p. 137‑148.

Louw J. P., 1959 : « On Greek Prohibitions », Acta Classica 2, p. 43-57. [imp. pr./subj. ao]

Loyd Michael A., 2006 : « Sophocles in the light of face-threat politeness theory », dans I. J. F. de Jong et A. Rijksbaron (dir.), Sophocles and the Greek Language. Aspects of diction, syntax and pragmatics, Leiden, Boston, Brill, p. 225-239. [sur la politesse des actes directifs]

Minon Sophie, 2007 : Les inscriptions éléennes dialectales (VIe– IIe s. av. J.C.), I Textes, II Grammaire et vocabulaire institutionnel, Genève, Droz. [II. p. 444-465 : emplois prescriptifs]

Neuberger-Donath Ruth, 1980 : « The obligative infinitive in Homer and its relationship to the imperative », Folia Linguistica 14, p. 65-82.

Oppermann Évelyne, 1999 : « L’infinitif injonctif en français médiéval : de la représentation d’un ordre oral à l’instruction écrite », dans Faits de langues 13 (« Oral-Écrit : Formes et Théories »), p. 209-218.

—           2000 : Les emplois injonctifs du futur en français médiéval, Genève, Droz.

Ortega Villaro Begoña, 1998 : « La distribución de Imperativo, Futuro e Infinitivo-Imperativo en las Inscripciones Dialectales Cretenses », Cuadernos de Filología clásica, estudios griegos e indoeuropeos 8, p. 185-208.

Quattordio Adriana Moreschini, 1970-71 : « L’uso dell’infinito e dell’imperativo in Omero e nella tradizione epigrafica », Studi classici e orientali 19-20, Pisa, p. 347-358.

Queixalós Francisco, 2000 : Syntaxe Sikuani (Colombie), Paris, Peeters [4 « modes » de l’injonction dans cette langue, p. 375 sqq]

Risselada Rodie, 1993 : Imperatives and other Directive Expressions in Latin, A Study in the Pragmatics of a Dead Language, Amsterdam, J. C. Gieben. [formes directes et indirectes ; modèle théorique dans une perspective fonctionnaliste]

Rivara René, 2004 : « L’interaction dans les monologues de théâtre : “Rentre en toi-même, Octave” ou “Feignons de n’avoir rien entendu” », Pragmatique et Énonciation, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, p. 201-214. [ordres donnés à soi-même, subj ou imp]

Robert Stéphane, 1991 : Approche énonciative du système verbal. Le cas du wolof, Paris, CNRS Éditions. [ch. 8 injonctif et obligatif, employé notamment pour un ordre futur]

Schick Carla, 1955 : « Una questione di sintassi storica : l’infinitivo imperativale e i vari modi di esprimere il comando in greco arcaico », Atti della Academia Nazionale del Lincei, série 8, volume 10, fascicule 5-6, Roma, p. 410-421.

Sémon Jean-Paul, 2006 : « L’impératif russe, mode de la rupture », dans Olivier Soutet (dir.), 2006, p. 149‑164. [sur les valeurs de l’imp., y compris non directives]

Soutet Olivier (dir.), 2006 : Études de linguistique contrastive, Paris, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne. [Partie II. Sur l’imp.]

Stephens Laurence, 1968 : « The origins of a homeric peculiarity : μή plus aorist imperative », Transactions of the American Philological Association 113, p. 69-78.

Szemerényi Oswald, 1953 : « The Future Imperative of Indo-european », Revue belge de Philologie et d’Histoire, 31/4, p. 937-954. [du latin aux langues i.-e.]

Tasmowski-De Ryck Liliane, 1980 : « Pragmatique linguistique. III Essai d’application : impératif et actes de langage », dans Hermann Parret (dir.), Le Langage en contexte : Études philosophiques et linguistiques de pragmatique, p. 579-629, Amsterdam, J. Benjamins. [critique de la perspective pragmatique]

Terkourafi Marina, 2000 : Politeness in Cypriot Greek : a frame-based approach, PhD. Cambridge, non publiée, accessible en ligne. [modèle théorique de la politesse, en gr. mod.]

Vairel-Carron Hélène, 1975 : Exclamation, Ordre et défense. Étude de deux systèmes syntaxiques en latin, Paris, Les Belles-Lettres. [Partie II. Répartition entre imp., imp. futur et subj.]

Veyrenc Jacques, 1975 : « L’impératif russe et les systèmes de l’énonciation », L’enseignement du russe 19, p. 5-22 et 21 p. 4-30 = 1980, Études sur le verbe russe, p. 85-129, Paris, Institut d’études slaves. [sur les nombreuses valeurs de l’imp. russe]

Sémantique du futur et moyen

Allan Rutger J., 2003 : The Middle Voice in Ancient Greek, Amsterdam.

Hartmann F., 1935 : « Zur Frage der Aspektbedeutung beim griechischen Futurum », Zeitschrift für vergleichende Sprachforschung 62, p. 116-131.

Meillet Antoine, 1924 : « Remarques sur le futur grec », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris 25/1, p. 89-100. [sur le moyen]

Ouvrages généraux sur le futur en grec

Bakker Stéphanie J., 2002 : « Futura zonder toekomst », Lampas 35/3, p. 199-214.

Banescu N., 1915 : Die Entwicklung des griechischen Futurums, Bukarest, Sohne.

Holton David, 1993 : « The formation of the future in modern Greek literary texts up to the 17th century », dans N. M. Panagiotakis (dir.), Αρχές της νεοελληνικής λογοτεχνίας/ Origini della letteratura neogreca, Venise, p. 118-128.

Irigoin Jean, 1984 : « Quelques réflexions sur le futur en grec, des origines à nos jours », Ἄμητος στη μνήμη Φ. Ἀποστολόπουλου [Mélanges Apostolopoulos], Athènes, Kentro Mikrasiatikon Spoudon, p. 33-40.

Joseph B. et Pappas P., 1999 : « On some recent views concerning the development of the Greek future system », Byzantine and Modern Greek Studies 26, p. 247-273.

Mader B., 1970 : Untersuchungen zum Tempusgebrauch bei Homer (Futurum und Desiderativum), Diss. Hamburg.

Magnien Victor, 1912 : Emplois et origines du futur grec, Paris, H. Champion.

Markopoulos T., 2009 : The Future in Greek : From Ancient to Medieval, Oxford, Oxford University Press.

Panzer B., 1964 : « Das Futurum des Griechischen. Ein Beitrag zur Struktur und Entwicklungdes griechischen Verbalsystems », Münchener Studien zur Sprachwissenschaft 16, p. 55-73. [introduction de l’aspect dans le futur dans le passage du gr. anc. au gr. mod.]

Pappas P. et Joseph B., 2001 : « The development of the Greek future ssystem : setting the record straight », dans Y. Agouraki et alii (dir.), Proceedings of the 4th International Conference on Greek Linguistics, Thessalonique, University Studio Press, p.  354-359.

Tsangalidis A., 1999 : « Will and tha : a comparative study of the category future », Thessalonique, University Studio Press.

Tzevelekou M. et V. (sous presse) ;« On Narrative Future », Proceedings of the 9th International Conference of Greek Linguistics (ICGL 9), Chicago 2009

La représentation de l’avenir dans les exordes et les péroraisons chez Lysias

Présentation d’Adriaan Rademaker

Dans les discours attiques, et surtout dans les exordes et les péroraisons de leurs discours, les plaideurs expriment bien souvent des anticipations du futur, en envisageant quel sera le jugement du jury, et en exprimant quelles seront les suites d’un vote en faveur d’eux-mêmes ou de leurs adversaires.

Continuer la lecture

La représentation de l’avenir dans la philosophie grecque

1. Parménide, Le poème, fragment 8 (trad. et texte B. Cassin) :

« Seul reste donc le récit de la voie “est”. Sur elle, les marques sont très nombreuses : en étant sans naissance et sans trépas il est, entier, seul de sa race, sans tremblement et non dépourvu de fin, jamais il n’était ni ne sera, car il est au présent, tout ensemble, un continu. En effet, quelle famille lui chercheras-tu ? Vers où et à partir d’où accru ? À partir d’un non-étant, je ne te laisserai pas le formuler ni le penser ; car on ne peut ni formuler ni penser que n’est pas soit ; de plus, quel besoin l’aurait alors pressé plus tard ou avant de pousser à partir du rien ? Dès lors, il est besoin qu’il existe ou totalement ou pas du tout. »

                           (μόνος δ’ ἔτι μῦθος ὁδοῖο 
λείπεται ὡς ἔστιν· ταύτηι δ’ ἐπὶ σήματ’ ἔασι 
πολλὰ μάλ’, ὡς ἀγένητον ἐὸν καὶ ἀνώλεθρόν ἐστιν, 
οὖλον, μουνογενές τε καὶ ἀτρεμὲς οὐδ’ ἀτέλεστον· 
οὐδέ ποτ’ ἦν οὐδ’ ἔσται, ἐπεὶ νῦν ἔστιν, ὁμοῦ πᾶν, 
ἕν, συνεχές· τίνα γὰρ γένναν διζήσεαι αὐτοῦ; 
πῆι πόθεν αὐξηθέν; οὐδ’ ἐκ μὴ ἐόντος ἐάσσω  
ϕάσθαι σ’ οὐδὲ νοεῖν· οὐ γὰρ ϕατὸν οὐδὲ νοητόν 
ἔστιν ὅπως οὐκ ἔστι. τί δ’ ἄν μιν καὶ χρέος ὦρσεν 
ὕστερον ἢ πρόσθεν τοῦ μηδενὸς ἀρξάμενον ϕῦν; 
οὕτως ἢ πάμπαν πελέναι χρεών ἐστιν ἢ οὐχί.
)

2. Platon, Timée 38a sq (trad. L. Brisson) :

« Comme effectivement ce modèle se trouve être un vivant éternel, le dieu entreprit de faire que notre univers aussi devienne finalement tel, dans la mesure du possible. Or ce vivant, comme il était éternel, il n’était pas possible de l’adapter en tout point au vivant qui est engendré. Le démiurge a donc l’idée de fabriquer une image mobile de l’éternité ; et, tandis qu’il met le ciel en ordre, il fabrique de l’éternité qui reste dans l’unité une certaine image éternelle progressant suivant le nombre, celle-là même que précisément nous appelons le “temps”.

En effet, les jours, les nuits, les mois et les années n’existaient pas avant que le ciel fût né ; c’est en même temps qu’il construisait le ciel, que le dieu s’arrangea pour qu’ils naquissent. Tout cela, ce sont des divisions du temps, et les expressions “il était”, “il sera”, ne sont que des modalités du temps, qui sont venues à l’être ; et c’est évidemment sans réfléchir que nous les appliquons à l’être qui est éternel, de façon impropre. Certes, nous disons qu’“il était”, qu’il “est” et qu’“il sera”, mais, à parler vrai, seule l’expression “il est” s’applique à l’être qui est éternel. En revanche, les expressions “il était” et “il sera”, c’est à ce qui devient en progressant dans le temps qu’il sied de les appliquer, car ces deux expressions désignent des mouvements. Mais ce qui reste toujours dans le même état sans changer, il ne convient pas que cela devienne plus jeune ou plus vieux avec le temps, ni que cela soit venu à l’être dans le passé, se trouve venu à l’être dans le présent ou vienne à l’être dans l’avenir. Et, de façon générale, à ce qui reste toujours dans le même état sans changer, n’appartient rien de tout ce que le devenir a attaché à ce qui est transmis par les sens, mais ce ne sont là que des modalités du temps qui imite l’éternité et qui se meut en cercle suivant le nombre. Et, en plus de celles qui viennent d’être mentionnées, nous utilisons des formules de ce genre : le passé “est” le passé, ce qui est en train de devenir “est” en train de devenir, et encore le futur “est” le futur, et aussi le non-être “est” le non-être, formules qui ne présentent aucune exactitude. Mais, sur toutes ces questions, ce n’est peut-être pas, au point où nous en sommes, le moment opportun d’apporter des précisions.*

Le temps est donc né en même temps que le ciel afin que, engendrés en même temps, ils soient dissous en même temps, si jamais ils doivent connaître la dissolution ; en outre, le temps a été engendré sur le modèle de la nature éternelle, pour qu’il entretienne avec elle la ressemblance la plus grande possible. Effectivement, le modèle est de toute éternité quelque chose qui est, alors que le ciel, sans discontinuer, d’un bout à l’autre du temps a été, est et sera. »

(Καθάπερ οὖν αὐτὸ τυγχάνει ζῷον ἀίδιον ὄν, καὶ τόδε τὸ πᾶν οὕτως εἰς δύναμιν ἐπεχείρησε τοιοῦτον ἀποτελεῖν. ἡ μὲν οὖν τοῦ ζῴου ϕύσις ἐτύγχανεν οὖσα αἰώνιος, καὶ τοῦτο μὲν δὴ τῷ γεννητῷ παντελῶς προσάπτειν οὐκ ἦν δυνατόν· εἰκὼ δ’ ἐπενόει κινητόν τινα αἰῶνος ποιῆσαι, καὶ διακοσμῶν ἅμα οὐρανὸν ποιεῖ μένοντος αἰῶνος ἐν ἑνὶ κατ’ ἀριθμὸν ἰοῦσαν αἰώνιον εἰκόνα, τοῦτον ὃν δὴ χρόνον ὠνομάκαμεν.       
            ἡμέρας γὰρ καὶ νύκτας καὶ μῆνας καὶ ἐνιαυτούς, οὐκ ὄντας πρὶν οὐρανὸν γενέσθαι, τότε ἅμα ἐκείνῳ συνισταμένῳ τὴν γένεσιν αὐτῶν μηχανᾶται· ταῦτα δὲ πάντα μέρη χρόνου, καὶ τό τ’ ἦν τό τ’ ἔσται χρόνου γεγονότα εἴδη, ἃ δὴ ϕέροντες λανθάνομεν ἐπὶ τὴν ἀίδιον οὐσίαν οὐκ ὀρθῶς. λέγομεν γὰρ δὴ ὡς ἦν ἔστιν τε καὶ ἔσται, τῇ δὲ τὸ ἔστιν μόνον κατὰ τὸν ἀληθῆ λόγον προσήκει, τὸ δὲ ἦν τό τ’ ἔσται περὶ τὴν ἐν χρόνῳ γένεσιν ἰοῦσαν πρέπει λέγεσθαι-κινήσεις γάρ ἐστον, τὸ δὲ ἀεὶ κατὰ ταὐτὰ ἔχον ἀκινήτως οὔτε πρεσβύτερον οὔτε νεώτερον προσήκει γίγνεσθαι διὰ χρόνου οὐδὲ γενέσθαι ποτὲ οὐδὲ γεγονέναι νῦν οὐδ’ εἰς αὖθις ἔσεσθαι, τὸ παράπαν τε οὐδὲν ὅσα γένεσις τοῖς ἐν αἰσθήσει ϕερομένοις προσῆψεν, ἀλλὰ χρόνου ταῦτα αἰῶνα μιμουμένου καὶ κατ’ ἀριθμὸν κυκλουμένου γέγονεν εἴδη-καὶ πρὸς τούτοις ἔτι τὰ τοιάδε, τό τε γεγονὸς εἶναι γεγονὸς καὶ τὸ γιγνόμενον εἶναι γιγνόμενον, ἔτι τε τὸ γενησόμενον εἶναι γενησόμενον καὶ τὸ μὴ ὂν μὴ ὂν εἶναι, ὧν οὐδὲν ἀκριβὲς λέγομεν. περὶ μὲν οὖν τούτων τάχ’ ἂν οὐκ εἴη καιρὸς πρέπων ἐν τῷ παρόντι διακριβολογεῖσθαι.
            Χρόνος δ’ οὖν μετ’ οὐρανοῦ γέγονεν, ἵνα ἅμα γεννηθέντες ἅμα καὶ λυθῶσιν, ἄν ποτε λύσις τις αὐτῶν γίγνηται, καὶ κατὰ τὸ παράδειγμα τῆς διαιωνίας ϕύσεως, ἵν’ ὡς ὁμοιότατος αὐτῷ κατὰ δύναμιν ᾖ· τὸ μὲν γὰρ δὴ παράδειγμα πάντα αἰῶνά ἐστιν ὄν, ὁ δ’ αὖ διὰ τέλους τὸν ἅπαντα χρόνον γεγονώς τε καὶ ὢν καὶ ἐσόμενος.)

3. Platon, Sophiste 262d sq (trad. A. Diès) :

« Quand on dit : l’homme apprend, il y a là, pour toi, discours, le plus simple et le premier ? – Th. Pour moi, oui. – L’Étranger. C’est qu’il y a, dès ce moment, en lui, quelque indication relative à des choses qui sont, ou deviennent, ou furent, ou seront ; c’est qu’il ne borne pas à nommer, mais effectue un achèvement, en entrelaçant les verbes avec les noms. »

(῞Οταν εἴπῃ τις· “ἄνθρωπος μανθάνει” λόγον εἶναι ϕῂς τοῦτον ἐλάχιστόν τε καὶ πρῶτον; […] Δηλοῖ γὰρ ἤδη που τότε περὶ τῶν ὄντων ἢ γιγνομένων ἢ γεγονότων ἢ μελλόντων, καὶ οὐκ ὀνομάζει μόνον ἀλλά τι περαίνει, συμπλέκων τὰ ῥήματα τοῖς ὀνόμασι.)

4. Aristote, De interpretatione 3 16b 6 sq (trad. J. Tricot) :

« Le verbe est ce qui ajoute à sa propre signification celle du temps : aucune de ses parties ne signifie rien prise séparément, et il indique toujours quelque chose d’affirmé de quelque autre chose. […] Une expression comme “ne se porte pas bien” ou “n’est pas malade” n’est pas un verbe : bien qu’elle ajoute à sa signification celle du temps et qu’elle appartienne toujours à un sujet, cette variété ne possède pas de nom. On peut l’appeler seulement un verbe indéfini, puisqu’elle s’applique indifféremment à n’importe quoi, à l’être et au non-être. – Même remarque pour “il se porta bien” ou “il se portera bien” ; ce n’est pas là un verbe, mais un “cas” de verbe. Il diffère du verbe en ce que le verbe ajoute à sa signification celle du temps présent, tandis que le cas marque le temps qui entoure le temps présent ».

 (‘Ρῆμα δέ ἐστι τὸ προσσημαῖνον χρόνον, οὗ μέρος οὐδὲν   σημαίνει χωρίς· ἔστι δὲ τῶν καθ’ ἑτέρου λεγομένων σημεῖον. (…) -τὸ δὲ οὐχ ὑγιαίνει καὶ τὸ οὐ κάμνει οὐ ῥῆμα λέγω· προσσημαίνει μὲν γὰρ χρόνον καὶ ἀεὶ κατά τινος ὑπάρχει, τῇ διαϕορᾷ δὲ ὄνομα οὐ κεῖται· ἀλλ’ ἔστω ἀόριστον ῥῆμα, ὅτι ὁμοίως ἐϕ’ ὁτουοῦν ὑπάρχει καὶ ὄντος καὶ μὴ ὄντος. ὁμοίως δὲ καὶ τὸ ὑγίανεν ἢ τὸ ὑγιανεῖ οὐ ῥῆμα, ἀλλὰ πτῶσις ῥήματος· διαϕέρει δὲ τοῦ ῥήματος, ὅτι τὸ μὲν τὸν παρόντα προσσημαίνει χρόνον, τὰ δὲ τὸν πέριξ.

5. Aristote, De interpretatione 5 17a 8 sq (trad. J. Tricot) : 

« La première espèce de discours déclaratif, c’est l’affirmation ; la suivante, la négation. Tous les autres discours ne sont un que par la liaison des parties. Toute proposition dépend nécessairement d’un verbe ou du cas d’un verbe : et, en effet, la notion de l’homme, où l’on n’ajoute ni “est”, ni “serait”, ni “sera”, ni rien de ce genre, ne constitue pas encore une proposition. »

(῎Εστι δὲ εἷς πρῶτος λόγος ἀποϕαντικὸς κατάϕασις, εἶτα ἀπόϕασις· οἱ δὲ ἄλλοι συνδέσμῳ εἷς. ἀνάγκη δὲ πάντα λόγον ἀποϕαντικὸν ἐκ ῥήματος εἶναι ἢ πτώσεως· καὶ γὰρ ὁ τοῦ ἀνθρώπου λόγος, ἐὰν μὴ τὸ ἔστιν ἢ  ἔσται ἢ ἦν ἤ τι τοιοῦτο προστεθῇ, οὔπω λόγος ἀποϕαντικός )

« La proposition simple est une émission de voix possédant une signification concernant la présence ou l’absence d’un attribut dans un sujet, suivant les divisions du temps ».

(῎Εστι δ’ ἡ μὲν ἁπλῆ ἀπόϕανσις ϕωνὴ σημαντικὴ περὶ  τοῦ εἰ ὑπάρχει τι ἢ μὴ ὑπάρχει, ὡς οἱ χρόνοι διῄρηνται )

6. Aristote, De interpretatione(trad. J. Vuillemin) :

18a28. S’appliquant à ce qui est et à ce qui fut, il est nécessaire que ou l’affirmation ou la négation soit vraie ou fausse. Et s’appliquant aux choses universelles en tant qu’universelles, toujours l’une est vraie, l’autre fausse et s’appliquant aux choses singulières, il en va de même comme on l’a dit. Mais, s’appliquant aux choses universelles qui ne sont pas dites en tant qu’universelles, cela n’est pas nécessaire ; on en a également parlé. Cependant, s’appliquant aux choses singulières et futures, il n’en va pas de même.

(’Επὶ μὲν οὖν τῶν ὄντων καὶ γενομένων ἀνάγκη τὴν κατάϕασιν ἢ τὴν ἀπόϕασιν ἀληθῆ ἢ ψευδῆ εἶναι· καὶ ἐπὶ μὲν  τῶν καθόλου ὡς καθόλου ἀεὶ τὴν μὲν ἀληθῆ τὴν δὲ ψευδῆ  καὶ ἐπὶ τῶν καθ’ ἕκαστα, ὥσπερ εἴρηται· ἐπὶ δὲ τῶν  καθόλου μὴ καθόλου λεχθέντων οὐκ ἀνάγκη· εἴρηται δὲ καὶ  περὶ τούτων. -ἐπὶ δὲ τῶν καθ’ ἕκαστα καὶ μελλόντων οὐχ ὁμοίως.)

18a34. En effet, si toute affirmation ou négation est ou vraie ou fausse, il est nécessaire aussi pour toute chose d’exister ou de ne pas exister. Car si quelqu’un dit que telle chose sera, tandis que quelqu’un d’autre dit que cette même chose ne sera pas, il est évident que nécessairement l’un des deux seulement dit la vérité, puisque toute affirmation est ou vraie ou fausse. En effet, s’appliquant à ce genre de choses, il n’arrivera pas que les deux disent simultanément la vérité.

(εἰ γὰρ πᾶσα κατάϕασις ἢ ἀπόϕασις ἀληθὴς ἢ ψευδής,καὶ ἅπαν ἀνάγκη ἢ ὑπάρχειν ἢ μὴ ὑπάρχειν· εἰ γὰρ ὁ μὲν ϕήσει ἔσεσθαί τι ὁ δὲ μὴ ϕήσει τὸ αὐτὸ τοῦτο, δῆλον ὅτι  ἀνάγκη ἀληθεύειν τὸν ἕτερον αὐτῶν, εἰ πᾶσα κατάϕασις  ἀληθὴς ἢ ψευδής· ἄμϕω γὰρ οὐχ ὑπάρξει ἅμα ἐπὶ τοῖς  τοιούτοις.)

18a39. Car s’il est vrai de dire que le blanc ou le non blanc est, il est nécessaire pour le blanc ou pour le non blanc d’être, (18b) et si le blanc ou le non blanc est, il était vrai de l’affirmer ou de le nier. Et si le blanc n’est pas, on est dans l’erreur, et si on est dans l’erreur, le blanc n’est pas. Il en résulte qu’il est nécessaire que ou l’affirmation ou la négation soit vraie.

(εἰ γὰρ ἀληθὲς εἰπεῖν ὅτι λευκὸν ἢ οὐ λευκόν ἐστιν, ἀνάγκη εἶναι λευκὸν ἢ οὐ λευκόν, καὶ εἰ  ἔστι λευκὸν ἢ οὐ λευκόν, ἀληθὲς ἦν ϕάναι ἢ ἀποϕάναι· καὶ  εἰ μὴ ὑπάρχει, ψεύδεται, καὶ εἰ ψεύδεται, οὐχ ὑπάρχει·  ὥστ’ ἀνάγκη τὴν κατάϕασιν ἢ τὴν ἀπόϕασιν ἀληθῆ εἶναι.  )

18b5. Rien alors n’est ni ne devient soit par l’effet du hasard, soit d’une manière indéterminée, rien qui sera ou ne sera pas, mais toute arrive nécessairement et sans aucune indétermination. En effet ou bien c’est celui qui affirme qui dit la vérité, ou bien c’est celui qui nie. Sinon c’est indifféremment qu’un événement arriverait ou n’arriverait pas. Car ce qui est déterminé ne se produit ou ne (se) produira pas plutôt de cette façon que de cette autre.

(οὐδὲν ἄρα οὔτε ἔστιν οὔτε γίγνεται οὔτε ἀπὸ τύχης οὔθ’ ὁπότερ’ ἔτυχεν, οὐδ’ ἔσται ἢ οὐκ ἔσται, ἀλλ’ ἐξ ἀνάγκης ἅπαν- τα καὶ οὐχ ὁπότερ’ ἔτυχεν (ἢ γὰρ ὁ ϕὰς ἀληθεύει ἢ ὁ ἀποϕάς)· ὁμοίως γὰρ ἂν ἐγίγνετο ἢ οὐκ ἐγίγνετο· τὸ γὰρ ὁπότερ’ ἔτυχεν οὐδὲν μᾶλλον οὕτως ἢ μὴ οὕτως ἔχει ἢ ἕξει)

18b9. En outre, si le blanc est maintenant, il était vrai antérieurement de dire que le blanc sera, en sorte qu’il était toujours vrai de dire de n’importe quel événement qu’il sera. Mais s’il était toujours vrai de dire qu’il est ou qu’il sera, il n’est pas possible qu’il ne soit pas ou qu’il ne sera pas. Mais ce qui ne peut pas ne pas arriver, il est impossible qu’il n’arrive pas. Et ce qui est dans l’impossibilité de ne pas arriver arrive nécessairement. Donc tous les futurs arrivent nécessairement.

(ἔτι εἰ ἔστι λευκὸν νῦν, ἀληθὲς ἦν εἰπεῖν πρότερον ὅτι ἔσται λευκόν, ὥστε ἀεὶ ἀληθὲς ἦν εἰπεῖν ὁτιοῦν τῶν γενομένων ὅτι ἔσται· εἰ δ’ ἀεὶ ἀληθὲς ἦν εἰπεῖν ὅτι ἔστιν ἢ ἔσται, οὐχ οἷόν τε τοῦτο μὴ εἶναι οὐδὲ μὴ ἔσεσθαι. ὃ δὲ μὴ οἷόν τε μὴ γενέσθαι, ἀδύνατον μὴ γενέσθαι· ὃ δὲ ἀδύνατον μὴ γενέσθαι, ἀνάγκη γενέσθαι· ἅπαντα οὖν τὰ ἐσόμενα ἀναγκαῖον γενέσθαι.)

18b15. En conséquence rien ne sera de façon indéterminée ou par l’effet du hasard ; car ce qui dépend du hasard n’est pas nécessairement.

(οὐδὲν ἄρα ὁπότερ’ ἔτυχεν οὐδ’ ἀπὸ τύχης ἔσται· εἰ γὰρ ἀπὸ τύχης, οὐκ ἐξ ἀνάγκης)

18b17. Il n’est pas non plus possible de dire que ni l’affirmation ni la négation ne sont vraies, par exemple de tel événement ni qu’il sera ni qu’il ne sera pas. D’abord, si l’affirmation est fausse, la négation alors n’est pas vraie et si la négation est fausse il arrive que la négation n’est pas vraie. Et, de plus, s’il est vrai de dire qu’une chose est blanche et noire, il faut que les deux qualités lui appartiennent. Lui appartiendront-elles jusqu’à demain, alors elles lui appartiendront jusqu’à demain. Supposons, en revanche, que demain l’événement ni ne sera ni ne sera pas : rien d’indéterminé n’aurait alors lieu, telle une bataille navale. Car il faudrait à la bataille navale ni n’arriver, ni ne pas arriver.

(ἀλλὰ μὴν οὐδ’ ὡς οὐδέτερόν γε ἀληθὲς ἐνδέχεται λέγειν, οἷον ὅτι οὔτ’ ἔσται οὔτε οὐκ ἔσται. πρῶτον μὲν γὰρ οὔσης τῆς καταϕάσεως ψευδοῦς ἡ ἀπόϕασις οὐκ ἀληθής, καὶ ταύτης ψευδοῦς οὔσης τὴν κατάϕασιν συμβαίνει μὴ ἀληθῆ εἶναι. καὶ πρὸς τούτοις, εἰ ἀληθὲς εἰπεῖν ὅτι λευκὸν καὶ μέλαν, δεῖ ἄμϕω ὑπάρχειν, εἰ δὲ ὑπάρξειν εἰς αὔριον, ὑπάρξει εἰς αὔριον· εἰ δὲ μήτ’ ἔσται μήτε μὴ ἔσται αὔριον, οὐκ ἂν εἴη τὸ ὁπότερ’ ἔτυχεν, οἷον ναυμαχία· δέοι γὰρ ἂν μήτε γενέσθαι ναυμαχίαν μήτε μὴ γενέσθαι.)

18b26. Telles sont donc, avec d’autres semblables, les absurdités qui se produisent, si, pour toute affirmation et négation, soit s’appliquant à des universels en tant qu’universels soit s’appliquant à des choses singulières, il est nécessaire que l’une des opposées soit vraie, l’autre fausse et s’il n’y a rien d’indéterminé dans les événements mais que tout soit et arrive par l’effet de la nécessité. En conséquence, il n’y aurait plus à délibérer ni à se donner de la peine, dans l’idée que, si nous accomplissons telle action, tel résultat suivra, tandis que si nous ne l’accomplissons pas, ce résultat ne suivra pas.

(Τὰ μὲν δὴ συμβαίνοντα ἄτοπα ταῦτα καὶ τοιαῦθ’ ἕτερα, εἴπερ πάσης καταϕάσεως καὶ ἀποϕάσεως, ἢ ἐπὶ τῶν καθόλου λεγομένων ὡς καθόλου ἢ ἐπὶ τῶν καθ’ ἕκαστα, ἀνάγκη τῶν ἀντικειμένων εἶναι τὴν μὲν ἀληθῆ τὴν δὲ ψευδῆ, μηδὲν δὲ ὁπότερ’ ἔτυχεν εἶναι ἐν τοῖς γιγνομένοις, ἀλλὰ πάντα εἶναι καὶ γίγνεσθαι ἐξ ἀνάγκης. ὥστε οὔτε βουλεύεσθαι δέοι ἂν οὔτε πραγματεύεσθαι, ὡς ἐὰν μὲν τοδὶ ποιήσωμεν, ἔσται τοδί, ἐὰν δὲ μὴ τοδί, οὐκ ἔσται.)

18b34. Rien n’empêche, en effet, que dix mille ans à l’avance, celui-ci dise que ceci sera, celui-là que ceci ne sera pas, en sorte que nécessairement sera celui des deux cas qu’il était vrai alors de prédire. D’ailleurs peu importe qu’il y ait eu des gens à former l’affirmation ou la négation. Car il est clair que la réalité est ce qu’elle est, même s’il n’y a eu personne à former l’affirmation et la négation. En effet ce n’est pas parce qu’il l’a affirmé, ou nié que l’événement sera ou ne sera pas, quand bien même on l’aurait annoncé dix mille ans à l’avance plutôt qu’à n’importe quel autre moment. Il en résulte que si, de tout temps, il en allait de telle sorte que l’une des propositions contradictoires disait la vérité, il était nécessaire que cela arrive et chacun des événements s’est alors toujours déroulé de façon à arriver nécessairement. Car ce dont on a dit avec vérité qu’il sera, il n’est pas possible qu’il n’arrive pas ; et quant à ce qui est arrivé, il était toujours vrai de dire qu’il sera.

(οὐδὲν γὰρ κωλύει εἰς μυριοστὸν ἔτος τὸν μὲν ϕάναι τοῦτ’ ἔσεσθαι τὸν δὲ μὴ ϕάναι, ὥστε ἐξ ἀνάγκης ἔσεσθαι ὁπότερον αὐτῶν ἀληθὲς ἦν εἰπεῖν τότε. ἀλλὰ μὴν οὐδὲ τοῦτο διαϕέρει, εἴ τινες εἶπον τὴν ἀντίϕασιν ἢ μὴ εἶπον· δῆλον γὰρ ὅτι οὕτως ἔχει τὰ πράγματα, κἂν μὴ ὁ μὲν καταϕήσῃ ὁ δὲ ἀποϕήσῃ· οὐ γὰρ διὰ τὸ καταϕάναι ἢ ἀποϕάναι ἔσται ἢ οὐκ ἔσται, οὐδ’ εἰς μυριοστὸν ἔτος μᾶλλον ἢ ἐν ὁποσῳοῦν χρόνῳ. ὥστ’ εἰ ἐν ἅπαντι τῷ χρόνῳ οὕτως εἶχεν ὥστε τὸ ἕτερον ἀληθεύεσθαι, ἀναγκαῖον ἦν τοῦτο γενέσθαι, καὶ ἕκαστον τῶν γενομένων ἀεὶ οὕτως ἔχειν ὥστε ἐξ ἀνάγκης γενέσθαι· ὅ τε γὰρ ἀληθῶς εἶπέ τις ὅτι ἔσται, οὐχ οἷόν τε μὴ γενέσθαι· καὶ τὸ γενόμενον ἀληθὲς ἦν εἰπεῖν ἀεὶ ὅτι ἔσται.)

19a6. Si ces conséquences sont impossibles, – nous voyons en effet que le principe des futurs est à partir de la délibération comme de l’action et que la puissance d’être et de ne pas être est entièrement dans les choses qui n’existent pas toujours en acte, choses qui, puisqu’elles peuvent être ou ne pas être aussi bien l’une que l’autre, peuvent donc aussi arriver et ne pas arriver. De nombreux cas de ce genre nous sont visibles. Par exemple, ce vêtement peut être coupé en deux et ne pas être coupé en deux, mais s’user auparavant, s’il n’avait pas la possibilité de ne pas être coupé en deux. Aussi, il en va de même pour tous les autres événéments qui sont dits selon le même genre de puissance, – il est alors évident que tout ni n’est ni n’arrive par l’effet de la nécessité, mais que pour certaines choses elles se produisent de façon indéterminée et qu’alors l’affirmation ou la négation ne sont pas plus vraies l’une que l’autre, alors que, pour certaines autres, l’une des deux est vraie le plus fréquemment, bien qu’il se produise que l’autre arrive et non pas elle.

(Εἰ δὴ ταῦτα ἀδύνατα, -ὁρῶμεν γὰρ ὅτι ἔστιν ἀρχὴ τῶν ἐσομένων καὶ ἀπὸ τοῦ βουλεύεσθαι καὶ ἀπὸ τοῦ πρᾶξαί τι, καὶ ὅτι ὅλως ἔστιν ἐν τοῖς μὴ ἀεὶ ἐνεργοῦσι τὸ δυνατὸν εἶναι καὶ μή, ἐν οἷς ἄμϕω ἐνδέχεται καὶ τὸ εἶναι καὶ τὸ μὴ εἶναι, ὥστε καὶ τὸ γενέσθαι καὶ τὸ μὴ γενέσθαι· καὶ πολλὰ ἡμῖν δῆλά ἐστιν οὕτως ἔχοντα, οἷον ὅτι τουτὶ τὸ ἱμάτιον δυνατόν ἐστι διατμηθῆναι καὶ οὐ διατμηθήσεται, ἀλλ’ ἔμπροσθεν κατατριβήσεται· ὁμοίως δὲ καὶ τὸ μὴ διατμηθῆναι δυνατόν· οὐ γὰρ ἂν ὑπῆρχε τὸ ἔμπροσθεν αὐτὸ κατατριβῆναι, εἴγε μὴ δυνατὸν ἦν τὸ μὴ διατμηθῆναι· ὥστε καὶ ἐπὶ τῶν ἄλλων γενέσεων, ὅσαι κατὰ δύναμιν λέγονται τὴν τοιαύτην·- ϕανερὸν ἄρα ὅτι οὐχ ἅπαντα ἐξ ἀνάγκης οὔτ’ ἔστιν οὔτε γίγνεται, ἀλλὰ τὰ μὲν ὁπότερ’ ἔτυχε καὶ οὐδὲν μᾶλλον ἢ ἡ κατάϕασις ἢ ἡ ἀπόϕασις ἀληθής, τὰ δὲ μᾶλλον μὲν καὶ ὡς ἐπὶ τὸ πολὺ θάτερον, οὐ μὴν ἀλλ’ ἐνδέχεται γενέσθαι καὶ θάτερον, θάτερον δὲ μή.)

19a23. Il est nécessaire que ce qui est soit tant qu’il est et que ce qui n’est pas ne soit pas tant qu’il n’est pas. Mais ce n’est pas pour autant que ce soit nécessairement que tout ce qui est est ni que tout ce qui n’est pas n’est pas. Car c’est une chose que tout ce qui est est nécessairement quand il est, et c’en est une autre qu’il est nécessairement d’une façon simple. Il en est de même pour tout ce qui n’est pas.

(Τὸ μὲν οὖν εἶναι τὸ ὂν ὅταν ᾖ, καὶ τὸ μὴ ὂν μὴ εἶναι ὅταν μὴ ᾖ, ἀνάγκη· οὐ μέντοι οὔτε τὸ ὂν ἅπαν ἀνάγκη εἶναι οὔτε τὸ μὴ ὂν μὴ εἶναι· -οὐ γὰρ ταὐτόν ἐστι τὸ ὂν ἅπαν εἶναι ἐξ ἀνάγκης ὅτε ἔστιν, καὶ τὸ ἁπλῶς εἶναι ἐξ ἀνάγκης· ὁμοίως δὲ καὶ ἐπὶ τοῦ μὴ ὄντος.)

19a27. Le même argument s’applique aussi à la contradiction. Tout nécessairement est ou n’est pas, sera ou ne sera pas, sans dire pour autant, si l’on divise, que l’un des deux est nécessaire.

(ὁ αὐτὸς λόγος· εἶναι μὲν ἢ μὴ εἶναι ἅπαν ἀνάγκη, καὶ ἔσεσθαί γε ἢ μή· οὐ μέντοι διελόντα γε εἰπεῖν θάτερον ἀναγκαῖον.)

19a30. Je prends un exemple. C’est nécessairement que demain il y aura ou il n’y aura pas bataille navale. Mais ce n’est pas pour autant ni qu’une bataille navale arrive nécessairement demain ni qu’elle n’arrive pas. Ce qui est nécessaire cependant, c’est qu’elle arrive ou n’arrive pas.

(λέγω δὲ οἷον ἀνάγκη μὲν ἔσεσθαι ναυμαχίαν αὔριον ἢ μὴ ἔσεσθαι, οὐ μέντοι γενέσθαι αὔριον ναυμαχίαν ἀναγκαῖον οὐδὲ μὴ γενέσθαι· γενέσθαι μέντοι ἢ μὴ γενέσθαι ἀναγκαῖον)

19a32. En conséquence, puisque les propositions sont vraies autant qu’elles se conforment aux choses mêmes, il est clair que chaque fois que celles-ci se comportent de façon indéterminée et sont en puissance de contraires, il est nécessaire qu’il en aille de même aussi pour la contradiction. C’est ce qui se passe pour les êtres qui ne sont pas toujours existants ou qui ne sont pas toujours non existants. Car il est nécessaire alors que l’une des deux propositions contradictoires soit vraie ou fausse, mais ce n’est pas celle-ci ou celle-là, mais n’importe laquelle et quand l’une est plus vraie que l’autre, elle n’est pas cependant déjà vraie ou fausse. En conséquence, il est clair qu’il n’est pas nécessaire que, pour toute affirmation ou négation prise parmi des propositions opposées l’une soit vraie, l’autre fausse. Car ce n’est pas sur le modèle des choses qui sont que se comportent les choses qui, n’étant pas, sont en puissance d’être ou de ne pas être, mais c’est de la façon qu’on vient d’expliquer. »

(ὥστε, ἐπεὶ ὁμοίως οἱ λόγοι ἀληθεῖς ὥσπερ τὰ πράγματα, δῆλον ὅτι ὅσα οὕτως ἔχει ὥστε ὁπότερ’ ἔτυχε καὶ τὰ ἐναντία ἐνδέχεσθαι, ἀνάγκη ὁμοίως ἔχειν καὶ τὴν ἀντίϕασιν· ὅπερ συμβαίνει ἐπὶ τοῖς μὴ ἀεὶ οὖσιν ἢ μὴ ἀεὶ μὴ οὖσιν· τούτων γὰρ ἀνάγκη μὲν θάτερον μόριον τῆς ἀντιϕάσεως ἀληθὲς εἶναι ἢ ψεῦδος, οὐ μέντοι τόδε ἢ τόδε ἀλλ’ ὁπότερ’ ἔτυχεν, καὶ μᾶλλον μὲν ἀληθῆ τὴν ἑτέραν, οὐ μέντοι ἤδη ἀληθῆ ἢ ψευδῆ. ὥστε δῆλον ὅτι οὐκ ἀνάγκη πάσης καταϕάσεως καὶ ἀποϕάσεως τῶν ἀντικειμένων τὴν μὲν ἀληθῆ τὴν δὲ ψευδῆ εἶναι· οὐ γὰρ ὥσπερ ἐπὶ τῶν ὄντων οὕτως ἔχει καὶ ἐπὶ τῶν μὴ ὄντων, δυνατῶν δὲ εἶναι ἢ μὴ εἶναι, ἀλλ’ ὥσπερ εἴρηται.)

7. Aristote, Ethique à Nicomaque VI 2

1139a 13-14 (trad. R. Bodéüs) :

« […] Nul ne délibère des choses qui ne peuvent être autrement » (οὐδεὶς δὲ βουλεύεται περὶ τῶν μὴ ἐνδεχομένων ἄλλως ἔχειν).

1139b 8-10 :

« […] Ce qui est objet de décision n’est jamais quelque chose qui s’est déjà produit. Ainsi nul ne décide d’avoir saccagé Troie. Car on ne délibère pas non plus de ce qui s’est produit, mais de ce qui est à venir et tient du possible. Or ce qui s’est produit n’a plus la possibilité de ne pas se produire. D’où le mot juste d’Agathon : “Voilà bien en effet l’unique pouvoir dont même un dieu se prive : faire que n’ait pas lieu tout ce qu’on a pu accomplir.” »

(οὐκ ἔστι δὲ προαιρετὸν οὐδὲν γεγονός, οἷον οὐδεὶς προαιρεῖται ῎Ιλιον πεπορθηκέναι· οὐδὲ γὰρ βουλεύεται περὶ τοῦ γεγονότος ἀλλὰ περὶ τοῦ ἐσομένου καὶ ἐνδεχομένου, τὸ δὲ γεγονὸς οὐκ ἐνδέχεται μὴ γενέσθαι· διὸ ὀρθῶς ’Αγάθων μόνου γὰρ αὐτοῦ καὶ θεὸς στερίσκεται, ἀγένητα ποιεῖν ἅσσ’ ἂν ᾖ πεπραγμένα.)

8. Aristote, De caelo I 283b6-17 (trad. J. Vuillemin) :

« Il n’est pas vrai de dire ni maintenant qu’une chose existe l’année dernière, ni l’année dernière qu’elle existe maintenant. Il est donc impossible que ce qui n’est pas à quelque moment soit plus tard sempiternel. Car il aura plus tard également la puissance de ne pas être, non toutefois celle de ne pas être alors qu’il est (ce qui est, en effet, existe en acte), mais de ne pas être l’année dernière et dans le temps passé. Que ce dont il a la puissance soit donc existant en acte. Il sera alors vrai de dire maintenant qu’il n’est pas l’année dernière. Mais c’est impossible. Car il n’y a aucune puissance du passé, mais seulement du présent et de l’avenir. De même aussi si ce qui auparavant est sempiternel passe plus tard au non-être ; car il aura la puissance dont l’acte n’est pas. Posons alors le possible : il sera vrai de dire maintenant que ceci est l’année dernière et en général dans le temps passé. »

(’Αλλὰ μὴν οὐδέν γ’ ἀληθὲς εἰπεῖν νῦν ὅτι ἔστι πέρυσιν, οὐδὲ πέρυσιν ὅτι νῦν ἔστιν. ’Αδύνατον ἄρα μὴ ὄν ποτε ὕστερον ἀΐδιον εἶναι· ἕξει γὰρ ὕστερον καὶ τὴν τοῦ μὴ εἶναι δύναμιν, πλὴν οὐ τοῦ τότε μὴ εἶναι ὅτε ἔστιν (ὑπάρχει γὰρ ἐνεργείᾳ ὄν), ἀλλὰ τοῦ πέρυσιν καὶ ἐν τῷ παρελθόντι χρόνῳ. ῎Εστω δὴ οὗ ἔχει τὴν δύναμιν ὑπάρχον ἐνεργείᾳ· ἔσται ἄρα ἀληθὲς εἰπεῖν νῦν ὅτι οὐκ ἔστι πέρυσιν. ’Αλλ’ ἀδύνατον· οὐδεμία γὰρ δύναμις τοῦ γεγονέναι ἐστίν, ἀλλὰ τοῦ εἶναι ἢ ἔσεσθαι. ‘Ομοίως δὲ καὶ εἰ πρότερον ὂν ἀΐδιον ὕστερον μὴ ἔσται· ἕξει γὰρ δύναμιν οὗ ἐνεργείᾳ οὐκ ἔστιν. ῞Ωστ’ ἂν θῶμεν τὸ δυνατόν, ἀληθὲς ἔσται εἰπεῖν νῦν ὅτι τοῦτ’ ἔστι πέρυσιν καὶ ὅλως ἐν τῷ παρελθόντι χρόνῳ.)

9. Aristote, Métaphysique K 8 -, 1065a 6 (trad. J. Vuillemin) :

«  Que l’être par accident ait des causes et des principes qui ne soient pas de même nature que les causes et les principes de l’être par soi, c’est évident. S’il en était autrement, tout, sans exception, serait nécessaire. En effet, si telle chose est quand telle chose est, si cette autre chose est, quand une troisième chose est, et si cette troisième chose existe non par hasard, mais nécessairement : ce dont cette troisième était cause sera nécessaire aussi, et on arrivera ainsi jusqu’au dernier effet, comme on l’appelle, effet qui pourtant était posé par accident. Tout sera donc nécessaire, et tout hasard, toute possibilité de devenir et de ne pas devenir, se trouvent ainsi absolument exclus des choses. Même si la cause était supposée non plus un être, mais un devenir, les conséquences seraient les mêmes : tout deviendrait nécessairement. L’éclipse de demain, en effet, se produira si telle chose arrive, et telle chose arrive, si telle autre chose arrive elle-même, et cette autre chose, si une troisième chose arrive ; et de cette façon, si du temps limité qui sépare l’instant actuel de demain, on retranche du temps, on arrivera à un moment donné à la condition existant déjà. Par conséquent, l’existence de celle-ci entraînera nécessairement tout ce qui suivra, de sorte que tout devient nécessairement. »

(ὅτι δὲ τοῦ κατὰ συμβεβηκὸς ὄντος οὐκ εἰσὶν αἰτίαι καὶ ἀρχαὶ τοιαῦται οἷαίπερ τοῦ καθ’ αὑτὸ ὄντος, δῆλον· ἔσται γὰρ ἅπαντ’ ἐξ ἀνάγκης. εἰ γὰρ τόδε μὲν ἔστι τοῦδε ὄντος τόδε δὲ τοῦδε, τοῦτο δὲ μὴ ὅπως ἔτυχεν ἀλλ’ ἀνάγκης, ἐξ ἀνάγκης ἔσται καὶ οὗ τοῦτ’ ἦν αἴτιον ἕως τοῦ τελευταίου λεγομένου αἰτιατοῦ (τοῦτο δ’ ἦν κατὰ συμβεβηκός), ὥστ’ ἐξ ἀνάγκης ἅπαντ’ ἔσται, καὶ τὸ ὁποτέρως ἔτυχε καὶ τὸ ἐνδέχεσθαι καὶ γενέσθαι καὶ μὴ παντελῶς ἐκ τῶν γιγνομένων ἀναιρεῖται. κἂν μὴ ὂν δὲ ἀλλὰ γιγνόμενον τὸ αἴτιον ὑποτεθῇ, ταὐτὰ συμβήσεται· πᾶν γὰρ ἐξ ἀνάγκης γενήσεται. ἡ γὰρ αὔριον ἔκλειψις γενήσεται ἂν τόδε γένηται, τοῦτο δ’ ἐὰν ἕτερόν τι, καὶ τοῦτ’ ἂν ἄλλο· καὶ τοῦτον δὴ τὸν τρόπον ἀπὸ πεπερασμένου χρόνου τοῦ ἀπὸ τοῦ νῦν μέχρι αὔριον ἀϕαιρουμένου χρόνου ἥξει ποτὲ εἰς τὸ ὑπάρχον, ὥστ’ ἐπεὶ τοῦτ’ ἔστιν, ἅπαντ’ ἐξ ἀνάγκης τὰ μετὰ τοῦτο γενήσεται, ὥστε πάντα ἐξ ἀνάγκης γίγνεσθαι.)

10. Epictète, Entretiens II 19 (trad.  E. Bréhier) :  

« Voici, me paraît-il, les points à partir desquels on pose l’argument Dominateur : il y a, pour ces trois propositions, un conflit entre deux quelconques d’entre elles et la troisième : « Toute proposition vraie concernant le passé est nécessaire. L’impossible ne suit pas logiquement du possible. Est possible ce qui n’est pas actuellement vrai et ne le sera pas. »

Diodore, ayant aperçu ce conflit, utilisa la vraisemblance des deux premières pour prouver celle-ci : « Rien n’est possible qui ne soit vrai actuellement, et ne doive pas l’être dans l’avenir ».

Un autre, dans les deux propositions à conserver, gardera ces deux-ci : « Est possible ce qui n’est pas actuellement vrai et ne le sera pas ; l’impossible ne suit pas logiquement du possible » ; mais alors il n’est pas exact de dire que toute proposition vraie concernant le passé est nécessaire ; c’est là ce que paraît soutenir l’école de Cléanthe, avec qui est généralement d’accord Antipater.

D’autres admettent les deux autres propositions : Est possible ce qui n’est pas actuellement vrai et ne le sera pas ; toute proposition vraie portant sur le passé est nécessaire » ; mais alors l’impossible suit logiquement du possible.

Mais alors il n’y a pas moyen de conserver les trois propositions à la fois, parce qu’il y a dans tous les cas conflit entre l’une et les deux autres. »

(‘Ο κυριεύων λόγος ἀπὸ τοιούτων τινῶν ἀϕορμῶν ἠρωτῆσθαι ϕαίνεται· κοινῆς γὰρ οὔσης μάχης τοῖς τρισὶ τούτοις πρὸς ἄλληλα, τῷ [τὸ] πᾶν παρεληλυθὸς ἀληθὲς ἀναγκαῖον εἶναι καὶ τῷ [ἀ]δυνατῷ ἀδύνατον μὴ ἀκολουθεῖν καὶ τῷ δυνατὸν εἶναι ὃ οὔτ’ ἔστιν ἀληθὲς οὔτ’ ἔσται, συνιδὼν τὴν μάχην ταύτην ὁ Διόδωρος τῇ τῶν πρώτων δυεῖν πιθανότητι συνεχρήσατο πρὸς παράστασιν τοῦ μηδὲν εἶναι δυνατόν, ὃ οὔτ’ ἔστιν ἀληθὲς οὔτ’ ἔσται. λοιπὸν ὁ μέν τις ταῦτα τηρήσει τῶν δυεῖν, ὅτι ἔστι τέ τι δυνατόν, ὃ οὔτ’ἔστιν ἀληθὲς οὔτ’ ἔσται, καὶ δυνατῷ ἀδύνατον οὐκ ἀκολουθεῖ· οὐ πᾶν δὲ παρεληλυθὸς ἀληθὲς  
 ἀναγκαῖόν ἐστιν, καθάπερ οἱ περὶ Κλεάνθην ϕέρεσθαι δοκοῦσιν, οἷς ἐπὶ πολὺ συνηγόρησεν ’Αντίπατρος. οἱ δὲ τἆλλα δύο, ὅτι δυνατόν τ’ἐστίν, ὃ οὔτ’ ἔστιν ἀληθὲς οὔτ’ἔσται, καὶ πᾶν παρεληλυθὸς ἀληθὲς ἀναγκαῖόν ἐστιν, δυνατῷ δ’ἀδύνατον ἀκολουθεῖ. τὰ τρία δ’ἐκεῖνα τηρῆσαι ἀμήχανον διὰ τὸ κοινὴν εἶναι αὐτῶν μάχην.)

11. Stobée 1.8.42;25 (I, 106, 5-23 ; LS 51B) :

Chrysippe définissait le temps

« intervalle du mouvement, au sens où l’on appelle parfois mesure de la rapidité et de la lenteur ; ou encore : l’intervalle accompagnant le mouvement du monde ; et c’est dans le temps que toutes choses se meuvent et existent. Toutefois, le temps se prend dans deux acceptions, ainsi que la terre, la mer et le vide : [on peut en considérer] le tout ou les parties.

De même que le vide total est infini de toutes parts, de même le temps total est infini à ses deux extrémités ; en effet, le passé et le futur sont infinis. C’est ce qu’affirme très clairement sa thèse : aucun temps n’est entièrement présent ; car puisque la division des continus va à l’infini, et que le temps est un continu, chaque temps aussi comporte la division à l’infini ; en sorte qu’aucun temps n’est rigoureusement présent, mais on le dit [présent] selon une certaine étendue.

Il soutient que, seul, le présent existe ; le passé et le futur subsistent, mais n’existent pas du tout, selon lui ; de la même manière, seuls, les attributs qui sont accidentels [actuels] sont dits exister : par exemple, la promenade existe pour moi quand je me promène ; mais quand je suis couché ou assis, elle n’existe pas. »

(‘Ο δὲ Χρύσιππος χρόνον εἶναι κινήσεως διάστημα, καθ’ ὃ ποτὲ λέγεται μέτρον τάχους τε καὶ βραδύτητος· ἢ τὸ παρακολουθοῦν διάστημα τῇ τοῦ κόσμου κινήσει, καὶ κατὰ μὲν τὸν χρόνον κινεῖσθαί τε ἕκαστα καὶ εἶναι· εἰ μὴ ἄρα διττὸς λέγεται ὁ χρόνος, καθάπερ ἥ τε γῆ καὶ ἡ θάλαττα καὶ τὸ κενόν, τά τε ὅλα καὶ τὰ μέρη τὰ αὐτῶν. ῞Ωσπερ δὲ τὸ κενὸν πᾶν ἄπειρον εἶναι πάντῃ καὶ τὸν χρόνον πάντα ἄπειρον εἶναι ἐϕ’ ἑκάτερα· καὶ γὰρ τὸν παρεληλυθότα καὶ τὸν μέλλοντα ἄπειρον εἶναι. ’Εμϕανέστατα δὲ τοῦτο λέγει, ὅτι οὐθεὶς ὅλως ἐνίσταται χρόνος. ’Επεὶ γὰρ εἰς ἄπειρον ἡ τομὴ τῶν συνεχόντων ἐστί, κατὰ τὴν διαίρεσιν ταύτην καὶ πᾶς χρόνος εἰς ἄπειρον ἔχει τὴν τομήν· ὥστε μηθένα κατ’ ἀπαρτισμὸν ἐνεστάναι χρόνον, ἀλλὰ κατὰ πλάτος λέγεσθαι. Μόνον δ’ ὑπάρχειν ϕησὶ τὸν ἐνεστῶτα, τὸν δὲ παρῳχημένον καὶ τὸν μέλλοντα ὑϕεστάναι μέν, ὑπάρχειν δὲ οὐδαμῶς, εἰ μὴ ὡς καὶ κατηγορήματα ὑπάρχειν λέγεται μόνα τὰ συμβεβηκότα, οἷον τὸ περιπατεῖν ὑπάρχει μοι ὅτε περιπατῶ, ὅτε δὲ κατακέκλιμαι ἢ κάθημαι οὐχ ὑπάρχει.)

12. Cicéron, De la divination I 125-126 (LS 55 L) (trad. J. Brunschwig-P. Pellegrin) :

« Par “destin”, j’entends ce que les Grecs appellent heimarmenè : une ordonnance et une série de causes, puisque c’est la connexion de cause à cause qui d’elle-même produit toute chose ; c’est la vérité perpétuelle, qui s’écoule de toute éternité. Et puisqu’il en est ainsi, rien n’est arrivé qui n’ait dû arriver, de même que rien n’arrivera dont la nature [universelle] ne contienne les causes qui œuvrent précisément à sa réalisation. On comprend par là que le destin dont il s’agit n’est pas celui de la superstition, mais celui de la physique, cause éternelle des choses, pour laquelle les choses passées sont arrivées, les choses présentes arrivent, les choses futures arriveront. »

(Fatum autem id appello, quod Graeci εἱμαρμένην, id est ordinem seriemque causarum, cum causae causa nexa rem ex se gignat. Ea est ex omni aeternitate fluens veritas sempiterna. Quod cum ita sit, nihil est factum, quod non futurum fuerit, eodemque modo nihil est futurum, cuius non causas id ipsum efficientes natura contineat. Ex quo intellegitur, ut fatum sit non id, quod superstitiose, sed id, quod physice dicitur, causa aeterna rerum, cur et ea, quae praeterierunt, facta sint et, quae instant, fiant et, quae sequuntur, futura sint.)

13. Cicéron, De la divination I 127-128 (LS 55 O) (trad. J. Brunschwig-P. Pellegrin) : 

« En outre, comme tout arrive par le destin (ce qui sera montré ailleurs), s’il pouvait exister un mortel capable de percevoir avec son esprit la liaison de toutes les causes, il ne se tromperait d’aucune manière : en effet, celui qui connaîtrait les causes des événements futurs connaîtrait nécessairement tout l’avenir. Comme personne ne peut le faire, sauf la divinité, il faut que l’homme se contente de présager l’avenir au moyen de certains signes révélant ce qui s’ensuivra. En effet, les événements futurs ne surgissent pas à l’improviste, mais il en est du passage du temps comme du déroulement d’un cordage : le temps ne produit rien de neuf, mais déroule de nouveau les événements selon une succession immuable ; c’est ce que voient les hommes doués de divination naturelle et ceux qui ont noté par observation le cours des événements. Même si ces hommes ne discernent pas les causes elles-mêmes, ils en distinguent cependant les signes et les marques ; puis, avec l’aide de la mémoire, de l’attention et des témoignages transmis par les prédécesseurs, se forme la divination que l’on appelle technique, celle qui traite des viscères, des foudres, des prodiges et des signes observés dans le ciel. Il ne faut donc pas s’étonner si les devins présagent ce qui n’existe nulle part ; tout existe bien, mais à un point éloigné du temps. Et de même que dans les semences résident en puissance les choses qui en naissent, de même dans les causes sont cachés les événements futurs ; un esprit inspiré ou libéré par le sommeil voit qu’ils adviendront, et la raison ou la conjecture le prévoient. »

(Praeterea cum fato omnia fiant, id quod alio loco ostendetur, si quis mortalis possit esse, qui conligationem causarum omnium perspiciat animo, nihil eum profecto fallat. Qui enim teneat causas rerum futurarum, idem necesse est omnia teneat, quae futura sint. Quod cum nemo facere nisi deus possit, relinquendum est homini, ut signis quibusdam consequentia declarantibus futura praesentiat. Non enim illa, quae futura sunt, subito exsistunt, sed est quasi rudentis explicatio sic traductio temporis nihil novi efficientis et primum quidque replicantis. Quod et ii vident, quibus naturalis divinatio data est, et ii, quibus cursus rerum observando notatus est. Qui etsi causas ipsas non cernunt, signa tamen causarum et notas cernunt; ad quas adhibita memoria et diligentia et monumentis superiorum efficitur ea divinatio, quae artificiosa dicitur, extorum, fulgorum, ostentorum si gnorumque caelestium. Non est igitur, ut mirandum sit ea praesentiri a divinantibus, quae nusquam sint; sunt enim omnia, sed tempore absunt. Atque ut in seminibus vis inest earum rerum, quae ex iis progignuntur, sic in causis conditae sunt res futurae, quas esse futuras aut concitata mens aut soluta somno cernit aut ratio aut coniectura praesentit.)

14. Diogène Laërce VII 76 (trad. R. Goulet) :

« Est raisonnable une proposition qui possède plus de raisons d’être vraie (que d’être fausse), par exemple : je vivrai demain. »

(εὔλογον δέ ἐστιν ἀξίωμα τὸ πλείονας ἀφορμὰς ἔχον εἰς τὸ ἀληθὲς εἶναι, οἷον ‟βιώσομαι αὔριον”)

15. Plutarque, Des notions communes contre les Stoïciens 41, 1081C (trad. D. Babut) :

« Il est contraire à la notion qu’il y ait un temps futur et un passé, mais pas de présent, et que “récemment” et “hier” subsistent, alors que “maintenant” serait totalement inexistant. Pourtant, c’est à quoi arrivent les Stoïciens, quand ils refusent d’admettre une partie minimale dans le temps et ne veulent pas que l’instant présent soit indivisible, mais prétendent que tout ce que l’on s’imagine penser comme “présent” dans le temps perçu appartient pour une part au futur et pour l’autre au passé. Ainsi, il n’est rien qui reste dans l’instant présent, aucune partie d’un temps présent qui soit laissée si, du temps que l’on appelle présent, une part est attribuée aux événements à venir et une autre à ceux qui sont déjà passés. Il en résulte l’une de ces deux conséquences : ou bien, si l’on pose l’affirmation “le temps était et le temps sera”, on détruit l’affirmation “le temps est” ; ou bien <on dit qu’> “il y a un temps présent”, dont une partie a été présente et une autre le sera, et l’on dit alors aussi que ce qui est réellement est fait pour partie de futur et pour partie de passé, ou que “maintenant” se divise entre “avant” et “après”, si bien que “maintenant” se confond avec ce qui n’est pas encore maintenant et ce qui ne l’est plus : car le passé est ce qui n’est plus “maintenant” et le futur ce qui n’est pas encore “maintenant”. <La conséquence qui s’ensuit d’une telle> division est pour eux de dire qu’<aujourd’hui est fait d’hier et de demain>, que la présente année est faite de la précédente et de la suivante, et que ce qui a lieu au même moment est fait de ce qui vient avant et après. Car leurs propos embrouillés ne valent pas mieux que ceux-là, quand ils confondent “pas encore” et “déjà”, “ne plus”, “maintenant” et “pas maintenant”. Mais tous les autres hommes considèrent, conçoivent et admettent que “récemment” et “dans un instant” sont des parties du temps qui se distinguent de “maintenant”, et prennent place après ou avant ce moment. Chez eux, pourtant, Archédème, en disant que “maintenant” est le point où s’articulent et se rencontrent le passé et ce qui vient après, ne semble pas s’être aperçu qu’il abolissait ainsi la totalité du temps. Si en effet “maintenant” n’est pas un temps, mais une limite du temps, et si toute partie du temps est semblable à “maintenant”, il apparaît que le temps dans son ensemble ne comporte aucune partie, mais se dissout tout entier en limites, points de jonction et de rencontre. Chrysippe, de son côté, voulant traiter cette division avec une subtilité raffinée, dit dans son ouvrage Sur le vide et dans quelques autres que la partie du temps qui est passée et celle qui est à venir n’ont pas de réalité, mais subsistent, tandis que seul le présent a une réalité. En revanche, dans les troisième, quatrième et cinquième livres de son ouvrage Sur les parties, il avance que le temps présent est fait pour une part de futur, pour l’autre de passé. Ainsi, le résultat est que ce qui est réel dans le temps en vient pour lui à être divisé entre les parties non réelles de cette réalité, ou plutôt qu’il n’a laissé absolument aucune réalité au temps, puisque le présent n’a aucune partie qui ne soit future ou passée. »

(Παρὰ τὴν ἔννοιάν ἐστι χρόνον εἶναι μέλλοντα καὶ παρῳχημένον, ἐνεστῶτα δὲ μὴ εἶναι χρόνον, ἀλλὰ τὸ μὲν ἄρτι καὶ τὸ πρῴην ὑϕεστάναι, τὸ δὲ νῦν ὅλως μηδὲν εἶναι. καὶ μὴν τοῦτο συμβαίνει τοῖς Στωικοῖς ἐλάχιστον χρόνον μὴ ἀπολείπουσι μηδὲ τὸ νῦν ἀμερὲς εἶναι βουλομένοις, ἀλλ’ ὅ τι ἄν τις ὡς ἐνεστὼς οἴηται λαβὼν διανοεῖσθαι, τούτου τὸ μὲν μέλλον τὸ δὲ παρῳχημένον εἶναι ϕάσκουσιν· ὥστε μηθὲν κατὰ τὸ νῦν ὑπομένειν μηδὲ λείπεσθαι μόριον χρόνου παρόντος, ἄν, ὃς λέγεται παρεῖναι, τούτου τὰ μὲν εἰς τὰ μέλλοντα τὰ δ’ εἰς τὰ παρῳχημένα διανέμηται. δυοῖν οὖν συμβαίνει θάτερον, ἢ τό ‘ἦν χρόνος’ καί ‘ἔσται χρόνος’ τιθέντας ἀναιρεῖν τό ‘ἔστι χρόνος’, ἢ <σῴζοντας τό> ‘ἔστι χρόνος ἐνεστηκώς’, οὗ τὸ μὲν ἐνειστήκει τὸ δ’ ἐνστήσεται, [καὶ] λέγειν ὅτι τοῦ ὑπάρχοντος τὸ μὲν μέλλον ἐστὶ τὸ δὲ παρῳχημένον, καὶ τοῦ νῦν τὸ μὲν πρότερον τὸ δ’ ὕστερον· ὥστε νῦν εἶναι τὸ μηδέπω νῦν καὶ τὸ μηκέτι νῦν· οὐκέτι γὰρ νῦν τὸ παρῳχημένον καὶ οὐδέπω νῦν τὸ μέλλον. <ἕπεται δ’ οὕτω> διαιροῦσι λέγειν αὐτοῖς, ὅτι καὶ το<ῦ σήμερον τὸ μὲν ἐχθὲς τὸ δ’ αὔριον> καὶ τοῦ τῆτες τὸ μὲν πέρυσι τὸ δ’ εἰς νέωτα, καὶ τοῦ ἅμα τὸ μὲν πρότερον τὸ δ’ ὕστερον. οὐθὲν γὰρ ἐπιεικέστερα τούτων κυκῶσι, ταὐτὰ ποιοῦντες τό ‘μηδέπω’ καὶ τό ‘ἤδη’ καὶ τό ‘μηκέτι’, καὶ τό ‘νῦν’ καὶ τό ‘μὴ νῦν’. οἱ δ’ ἄλλοι πάντες ἄνθρωποι καὶ τό ‘ἄρτι’ καὶ τό ‘μετὰ μικρόν’ ὡς ἕτερα τοῦ νῦν μόρια, καὶ τὸ μὲν μετὰ τὸ νῦν τὸ δὲ πρὸ τοῦ νῦν τίθενται καὶ νοοῦσι καὶ νομίζουσι. τούτων <δ’> ’Αρχέδημος μὲν † ἀρχήν τινα καὶ συμβολὴν εἶναι λέγων τοῦ παρῳχμένου καὶ τοῦ ἐπιϕερομένου τό ‘νῦν’ λέληθεν αὑτὸν ὡς ἔοικε τὸν πάντα χρόνον ἀναιρῶν. εἰ γὰρ τὸ νῦν οὐ χρόνος ἐστὶν ἀλλὰ πέρας χρόνου πᾶν δὲ μόριον χρόνου τοιοῦτον οἷον τὸ νῦν ἐστιν, οὐδὲν ϕαίνεται μέρος ἔχων ὁ σύμπας χρόνος ἀλλ’ εἰς πέρατα διόλου καὶ συμβολὰς καὶ † ὁρμὰς ἀναλυόμενος. Χρύσιππος δὲ βουλόμενος ϕιλοτεχνεῖν περὶ τὴν διαίρεσιν ἐν μὲν τῷ περὶ τοῦ Κενοῦ καὶ ἄλλοις τισὶ τὸ μὲν παρῳχημένον τοῦ χρόνου καὶ τὸ μέλλον οὐχ ὑπάρχειν ἀλλ’ ὑϕεστηκέναι ϕησί, μόνον δ’ ὑπάρχειν τὸ ἐνεστηκός, ἐν δὲ τῷ τρίτῳ καὶ τετάρτῳ καὶ πέμπτῳ περὶ τῶν Μερῶν τίθησι τοῦ ἐνεστηκότος χρόνου τὸ μὲν μέλλον εἶναι τὸ δὲ παρεληλυθός. | ὥστε συμβαίνει τὸ ὑπάρχον αὐτῷ τοῦ χρόνου διαιρεῖν εἰς τὰ μὴ ὑπάρχοντα τοῦ ὑπάρχοντος, μᾶλλον δ’ ὅλως τοῦ χρόνου μηδὲν ἀπολείπειν ὑπάρχον, εἰ τὸ ἐνεστηκὸς οὐδὲν ἔχει μέρος, ὃ μὴ μέλλον ἐστὶν ἢ παρῳχημένον.)

16. Plutarque, Des notions communes contre les Stoïciens 42, 1082 A 6 (trad. D. Babut) :

« Ainsi donc, penser le temps est d’abord pour eux comme prendre dans sa main de l’eau, qui coule en tout sens et s’échappe d’autant plus qu’on la serre plus fort. De plus, pour les actions et les mouvements, il s’ensuit un complet bouleversement de l’évidence. Car il est inévitable, si le moment présent se divise entre le passé et l’avenir, que le mouvement dans le présent soit aussi pour une part achevé dans le passé, et pour une autre mouvement à venir, et que soit abolie toute limite ou commencement de mouvement, sans qu’il y ait aucun moment premier ou ultime pour aucun acte, puisque les actions se divisent avec le temps. De même en effet que le temps présent, selon eux, est fait de passé et de futur, de même, ce que l’on fait est constitué de ce que l’on a fait et de ce que l’on fera. À quel moment, alors, y a-t-il eu un commencement à l’action de déjeuner, d’écrire ou de marcher, et à quel moment prendra-t-elle fin, si quiconque déjeune a déjeuné et déjeunera, et quiconque marche a marché et marchera ? Et voici, comme on dit, le plus extraordinaire dans l’extraordinaire : si, à qui vit présentement, il n’advient rien d’autre que d’avoir vécu et de devoir vivre, alors la vie n’a pas eu de commencement et n’aura pas de limite, mais chacun de nous, à ce qu’il paraît, est né sans avoir commencé à vivre et sera mort sans que sa vie doive cesser. Car s’il n’est pas de partie ultime, s’il reste toujours, dans le présent du vivant, une partie à venir, jamais il ne devient faux que “Socrate vivra”. <Mais> à chaque moment où il <est> vrai que “Socrate vit”, il est, aussi longtemps, faux que “Socrate est mort” ; par conséquent, si “Socrate vivra” est vrai dans l’infinité des parties du temps, dans aucune partie de ce temps il ne sera vrai que “Socrate est mort”. De fait, comment y aurait-il une limite à une action, comme ce qui se fait pourrait-il cesser, si chaque fois qu’il est vrai de dire que quelque chose “se fait”, il est aussi souvent vrai que cette chose “se fera” ? Il sera alors faux de dire, s’agissant de Platon écrivant ou dialoguant, qu’un jour Platon cessera <d’écrire et> de dialoguer, s’il n’est jamais faux de dire de qui dialogue qu’il “dialoguera” et de celui qui écrit qu’il “écrira”. Par ailleurs, <s’>il n’est aucune partie de ce qui advient qui ne soit déjà advenu ou ne doive ensuite advenir – qui ne soit passée ou future – si, d’autre part, il n’y a pas de perception possible ni de ce qui est advenu ni de ce qui adviendra – ni du passé ni du futur –alors, il n’y a absolument aucune perception possible de quoi que ce soit. Car nous ne voyons pas plus ce qui est passé ou futur que nous ne l’entendons, ni ne recevons aucune autre perception des événements passés ou à venir. Rien <donc>, même dans le présent, n’est perceptible, si le présent doit toujours être fait de futur et de passé, et si celui-ci est déjà devenu tandis que celui-ci deviendra. »

(‘Η μὲν οὖν τοῦ χρόνου νόησις αὐτοῖς οἷον ὕδατος περίδραξις, ὅσῳ μᾶλλον πιέζεται, διαρρέοντος καὶ διολισθάνοντος· τὰ δὲ τῶν πράξεων καὶ κινήσεων τὴν πᾶσαν 
 ἔχει σύγχυσιν τῆς ἐναργείας. ἀνάγκη γάρ, εἰ τοῦ νῦν τὸ μὲν εἰς τὸ παρῳχημένον τὸ δ’ εἰς τὸ μέλλον διαιρεῖται, καὶ τοῦ κινουμένου κατὰ τὸ νῦν τὸ μὲν κεκινῆσθαι τὸ δὲ κινήσεσθαι, πέρας δὲ κινήσεως ἀνῃρῆσθαι καὶ ἀρχήν, μηδενὸς <δ’> ἔργου πρῶτον γεγονέναι μηδ’ ἔσχατον ἔσεσθαι μηδέν, τῷ χρόνῳ τῶν πράξεων συνδιανεμομένων· ὡς γὰρ τοῦ ἐνεστῶτος χρόνου τὸ μὲν παρῳχῆσθαι τὸ δὲ μέλλειν λέγουσιν, οὕτως τοῦ πραττομένου τὸ μὲν πεπρᾶχθαι τὸ δὲ πραχθήσεσθαι. πότε τοίνυν ἔσχεν ἀρχὴν πότε δ’ ἕξει τελευτὴν τὸ ἀριστᾶν τὸ γράϕειν τὸ βαδίζειν, εἰ πᾶς μὲν ὁ ἀριστῶν ἠρίστησε καὶ ἀριστήσει πᾶς δ’ ὁ βαδίζων ἐβάδισε καὶ βαδιεῖται; τὸ δὲ δεινῶν, ϕασί, δεινότατον· εἰ τῷ ζῶντι τὸ ἐζηκέναι καὶ ζήσεσθαι συμβέβηκεν, οὔτ’ ἀρχὴν ἔσχε τὸ ζῆν οὔθ’ ἕξει πέρας, ἀλλ’ ἕκαστος ἡμῶν ὡς ἔοικε γέγονε μὴ ἀρξάμενος τοῦ ζῆν καὶ τεθνήξεται μὴ παυσόμενος. εἰ γὰρ οὐθέν ἐστιν ἔσχατον μέρος ἀλλ’ ἀεί τι τῷ ζῶντι τοῦ παρόντος εἰς τὸ μέλλον περίεστιν, οὐδέποτε γίνεται ψεῦδος τό ‘ζήσεσθαι Σωκράτη’· <ἀλλ’> ὁσάκις ἀληθὲς <ἔσται> τό ‘ζῇ Σωκράτης’, ἐπὶ τοσοῦτον ψεῦδος τό ‘τέθνηκε Σωκράτης’· ὥστ’, εἰ τό ‘ζήσεται Σωκράτης’ ἀληθές ἐστιν ἐν ἀπείροις χρόνου μέρεσιν, ἐν οὐδενὶ χρόνου μέρει τό ‘τέθνηκε Σωκράτης’ ἀληθὲς ἔσται. καίτοι τί πέρας ἂν ἔργου γένοιτο, ποῦ δὲ λήξειε τὸ πραττόμενον, ἄν, ὁσάκις ἀληθές ἐστι τό ‘πράττεται’, τοσαυτάκις ἀληθὲς ᾖ καὶ τό ‘πραχθήσεται’; ψεύσεται γὰρ ὁ λέγων περὶ τοῦ γράϕοντος καὶ διαλεγομένου Πλάτωνος ὅτι ‘παύσεταί ποτε Πλάτων <γράϕων καὶ> διαλεγόμενος’, εἰ μηδέποτε ψεῦδός ἐστι τό ‘διαλεχθήσεται’ περὶ τοῦ διαλεγομένου καὶ τό ‘γράψει’ περὶ τοῦ γράϕοντος. ἔτι τοίνυν <εἰ> τοῦ γινομένου μέρος οὐδέν ἐστιν ὅπερ οὐκ ἤτοι γεγονός ἐστιν ἢ γενησόμενον καὶ παρεληλυθὸς ἢ μέλλον, γεγονότος δὲ καὶ γενησομένου καὶ παρῳχημένου καὶ μέλλοντος αἴσθησις οὐκ ἔστιν, οὐδενὸς ἁπλῶς αἴσθησίς ἐστιν. οὔτε γὰρ ὁρῶμεν τὸ παρῳχημένον ἢ τὸ μέλλον οὔτ’ ἀκούομεν οὔτ’ ἄλλην τινὰ λαμβάνομεν αἴσθησιν τῶν γεγονότων ἢ γενησομένων· οὐδὲν <οὖν> οὐδ’ ἂν παρῇ τι, αἰσθητόν ἐστιν, εἰ τοῦ παρόντος ἀεὶ τὸ μὲν μέλλει τὸ δὲ παρῴχηκε καὶ τὸ μὲν γεγονός ἐστι τὸ δὲ γενησόμενον.)

Traduction d’un passage de Boèce

Proposé par Louis Basset

Boèce, Consolation de la Philosophie, fin Livre V, trad. Léon Colesse

C’est donc à tort que, de ce que Platon paraît avoir cru que le monde a toujours existé et durera toujours, quelques-uns en concluent que ce monde créé est éternel comme son Créateur ; car il y a bien de la différence entre avoir une durée sans fin, mais successive, comme le monde l’a dans l’opinion de ce grand philosophe, et jouir tout à la fois, sans succession et sans partage d’une vie infiniment parfaite ; ce qui ne peut se dire que de Dieu. Au reste, ne va pas penser que la préexistence du Créateur aux choses créées, puisse se mesurer par la durée du temps ; cette préexistence est une propriété essentielle de la nature divine, avec laquelle le temps n’a aucune proportion. Si dans sa succession infinie, il paraît l’imiter en quelque chose, il lui est absolument impossible de l’égaler. C’est pourquoi ne pouvant jouir, comme elle, d’une parfaite immutabilité, il dégénère en un mouvement successif et sans fin ; et ne pouvant réunir son existence en un seul point, il se partage et s’écoule dans ces espaces immenses que forment le passé et l’avenir. Dans l’impossibilité où il est de jouir tout à la fois de toute la plénitude de son être, il imite l’état immuable de Dieu, mais seulement en ce qu’en quelque sorte il ne cesse jamais d’exister, et reste présent, autant que peut le permettre la rapidité avec laquelle le moment présent s’enfuit. Ce moment, tel qu’il est, est une faible image de cette éternité toujours présente à Dieu. Mais comme il cesse d’être aussitôt qu’il existe, il se renouvelle sans cesse ; et par une succession perpétuelle forme l’infinité des siècles. Ainsi ce n’est qu’en continuant à s’écouler sans fin qu’il acquiert son étendue ; étendue immense, mais qu’il ne peut réunir dans un seul point fixe et immuable. Si nous voulons donc, à l’exemple de Platon, donner aux choses des noms qui leur conviennent, celui d’éternel ne sera donné qu’à Dieu seul ; et puisque toute faculté intelligente connaît les choses selon sa nature, et que celle de Dieu est de jouir tout à la fois de l’éternité tout entière, sa lumière infinie, indépendante de la succession des temps, réunit le passé et l’avenir, et lui fait tout voir comme toujours présent ; et ainsi ce que nous appelons prescience, est moins une prévision de l’avenir qu’une vue simple et actuelle de toutes choses éternellement présentes à Dieu. Aussi cette connaissance n’est, à proprement parler, que la divine Providence, qui, du haut de son trône, voit toutes choses tout à la fois et d’un seul coup d’oeil. Dis-moi maintenant, mon cher élève, comment pourrais-tu penser que la vue de Dieu nécessite les événements, puisque celle des hommes ne les nécessite pas ? Car tu conviendras que tes regards n’imposent aucune nécessité à ce qui se fait sous tes yeux. Or, s’il est permis de comparer en quelque chose l’homme avec Dieu, tout est éternellement présent à ses yeux, comme l’instant présent l’est aux tiens. Sa prescience ne change donc en rien ni la nature ni les propriétés des choses. Elles sont présentes à ses yeux telles qu’elles arriveront un jour. Infaillible dans ses jugements, d’un seul et même regard elle voit comme nécessités celles qui doivent arriver nécessairement, et comme libres celles qui arriveront librement. Ainsi, quoique du même coup d’oeil, tu voies un homme se promener sur la terre, et le soleil rouler dans les cieux, tu sais très bien que le mouvement du premier est parfaitement libre, et que celui de l’autre ne l’est pas. La prescience de Dieu n’altère donc en rien les qualités des choses toujours présentes à son égard, et qui ne sont futures qu’en égard à la succession des temps. Ce n’est donc pas par une simple conjecture, mais par une connaissance certaine, et fondée sur la vérité même, que Dieu voit ce qui arrivera, quoiqu’il sache, qu’il arrivera librement.

Si tu m’objectes maintenant que ce que Dieu voit comme futur, ne peut pas ne point arriver ; et que ce qui ne peut pas ne point arriver, n’est plus libre, mais nécessité, je trouverai ici une vérité très solide, mais qui ne peut être connue que de ceux qui s’élèvent jusqu’à la contemplation de la Divinité : oui, je le dirai, le même avenir peut être regardé comme nécessaire, relativement à la connaissance de Dieu, quoique relativement à sa propre nature et à celle de son principe, il reste toujours véritablement libre. Il y a en effet deux espèces de nécessités ; l’une absolue, l’autre conditionnelle. Tous les hommes mourront ; voilà une nécessité absolue. Cet homme se promène, car je le vois : voilà une nécessité qui n’est que conditionnelle. Car, quoique nécessairement ce que je vois existe, il ne s’ensuit pas qu’il existe nécessairement. Rien en effet ne force cet homme à marcher ; il le fait librement et par sa pure volonté ; cependant dès que je le vois marcher, il faut nécessairement qu’il marche. On peut dire de même, que ce que la Providence voit, ne peut pas ne point être, quoiqu’il soit pourtant libre de sa nature et dans son principe. Or, Dieu voit comme actuellement présentes toutes les actions libres qui doivent se faire dans la suite des temps ; elles sont donc nécessaires conditionnellement, et eu égard à la connaissance que Dieu en a ; mais considérées en elles-mêmes, elles n’en sont pas moins libres. Ainsi tout ce que Dieu a prévu arrivera sans doute ; mais tout ce qui est l’effet du libre arbitre ne change point de nature au moment de son existence. En effet, il arrive librement, parce qu’avant que d’être, il a pu ne pas arriver. Mais qu’importe, diras-tu, que nos actions ne soient pas nécessitées en un sens, si elles le sont dans un autre, par la connaissance antécédente que Dieu en a ? Il n’est pas difficile de répondre à ta difficulté. Rappelle-toi ce que je t’ai dit du mouvement du soleil qui parcourt les cieux, et de celui de l’homme qui marche sur la terre ; l’un et l’autre, dès qu’ils existent, ne peuvent pas ne point être ; l’un cependant n’était pas libre avant son existence, et l’autre l’était. De même les choses qui sont présentes aux yeux, existent certainement, mais les unes sont une suite nécessaire des lois de la nature, et les autres dépendent entièrement de la volonté de leurs agents. Ce n’est donc pas sans raison que j’ai dit que ce qui, considéré relativement à la connaissance de Dieu, peut être regardé comme nécessaire, est pourtant véritablement libre, si on le considère en lui-même ; de même tout ce qui est du ressort des sens est universel et singulier tout ensemble : singulier considéré en lui-même, et universel quand la raison le considère sous une idée générale et par abstraction à tout sujet. Mais, ajouteras-tu, si je peux, à mon gré, faire ou ne pas faire ce que Dieu a prévu, et que je vienne à changer de dessein, je tromperai sa prescience, qui a prévu ce que je ne ferai pourtant pas. Je réponds à cela qu’il est vrai que tu peux changer de dessein à ton gré, mais tu ne tromperas pas plus pour cela cette Providence adorable qui sait que tu peux changer, et qui sait en même temps si tu le feras ou non, que tu ne peux tromper ceux qui te voient, lorsque, sous leurs yeux, tu exerces ta liberté au gré de ton caprice. Quoi ! me diras-tu encore, les connaissances de Dieu changeront donc au gré de mon inconstance ; et puisque je peux vouloir une chose, et le moment d’après en vouloir une autre, la connaissance que Dieu a de moi éprouvera donc la même variation ? Non, sans doute, mon cher élève. L’œil de Dieu voit l’avenir tout entier comme toujours présent. Ses connaissances ne varient point comme toi, en saisissant tantôt un objet, tantôt l’autre. Mais telle est la propriété essentielle de sa nature infiniment simple, qu’éternellement invariable, il voit d’un seul regard, tous les changements de ta volonté. Tu peux par là résoudre la difficulté que tu faisais il y a un moment, en disant qu’il paraissait indigne de Dieu que sa science tînt en quelque chose de nos actions futures. Elle n’en dépend en rien ; et telle est sa perfection souveraine, qu’embrassant tout par une connaissance toujours actuelle et infiniment simple, elle donne l’ordre à tout, et ne le reçoit de rien. De tout ceci, concluons que l’homme jouit d’une pleine liberté ; qu’en conséquence les lois sont justes dans les récompenses qu’elles proposent aux bonnes actions, et dans les châtiments qu’elles décernent aux mauvaises. Dieu, dont la prescience éternelle voit toutes nos actions comme toujours présentes, les juge de toute éternité, et prépare dès lors une récompense infinie aux bons, et des supplices terribles aux méchants. Ce n’est donc point en vain que nous mettons notre espérance en lui, et que nous lui adressons nos vœux. S’ils partent d’un cœur juste et droit, ils ne seront point rejetés. O hommes, fuyez donc le vice ; pratiquez la vertu. Qu’une juste confiance vous anime, et que l’humilité de votre prière la fasse monter vers le trône de l’Eternel. Si vous ne vous faites point illusion à vous-mêmes, vous devez savoir avec quelle ardeur vous êtes obligés de vous porter au bien, puisque vous ne pouvez rien faire qui échappe aux regards d’un Dieu souverainement juste, et qui voit tout».

Le subjonctif du grec ancien était-il un futur ?

1. ORIGINALITÉ DU SUBJONCTIF DU GREC ANCIEN

La limitation temporelle au présent-futur que l’on reconnaît au subjonctif du grec ancien, comme à son homologue indo-iranien, en fait une forme originale, quelque peu hybride, à cheval entre le modal et le temporel. On constate en effet que ce que nous appelons subjonctif dans d’autres langues, comme le latin et les langues modernes (y compris le grec moderne), ne connaît pas ce genre de limitation.

Ainsi, on a naturellement en latin : diceres « tu aurais dit », ou « on aurait dit ». De même dixerit Ennius (Cic Fi. 2,41) signifie « Ennius a peut-être dit ». En français, on a de même « Il se peut qu’il ait dit ». Ces subjonctifs portent sur des faits passés. Pour le grec moderne, on peut admettre qu’on a un subjonctif passé dans δὲν πιστεύω νὰ ἦρθε« je ne crois pas qu’il soit venu ». Mais en grec ancien le mode subjonctif serait dans tous ces cas exclu. Chez Homère, par exemple, diceres « tu aurais dit » serait exprimé avec un optatif (voir Il.  220, etc. : οὐδε κε φαίης« et on n’aurait pas dit…».

On enseigne généralement qu’une forme modale a pour fonction de spécifier une attitude subjective du locuteur (la διάθεσις ψυχῆς des anciens). Elle ne devrait donc pas impliquer par elle-même de limitation temporelle concernant le procès exprimé. En grec ancien, pas plus l’indicatif que l’optatif ne connaissent de limitation temporelle. C’est ce que dit explicitement la syntaxe de Kühner-Gerth I, p. 225, pour l’optatif :

Der Optativ als Modus der Vorstellung kann sich ebenso wohl auf die Gegenwart und Zukunft wie auf die Vergangenheit beziehen.

Il est vrai qu’après Homère, la concurrence de l’indicatif secondaire modal a beaucoup restreint l’emploi de l’optatif dans la sphère du passé. Mais ce type d’emploi existe encore chez Hérodote (où il est reconnu par Humbert 1960, p. 120) et même en attique (malgré Humbert, ibid..).

Οὐκοῦν καὶ τέχναι… ἠφανισμέναι ἂν εἶεν ἐν τῷ τότε (Platon, lois III 678e)

« Donc, les métiers aussi auraient disparu à cette époque »

Il faut cependant mettre à part le cas de l’impératif, auquel manquent des personnes, et qui est un mode non « de langue », mais « de parole », selon la formule de Guillaume 1929, p. 47. Ce n’est pas le cas du subjonctif grec ancien et de l’indo-iranien. Sa limitation au présent-futur est donc tout à fait inhabituelle.

À cause de ce statut original et quelque peu paradoxal, les grammairiens en ont proposé des interprétations divergentes. Gonda 1956 met l’accent sur le caractère modal de ce mode, en le définissant comme mode de la « représentation mentale » (en anglais « visualization »). Cette définition pourrait peut-être convenir telle quelle pour le subjonctif latin et les subjonctifs modernes. Mais pour le subjonctif du grec ancien, il faut ajouter, comme d’ailleurs l’a fait Gonda, qu’il s’agit seulement de la représentation mentale d’un procès susceptible de se réaliser, donc d’une représentation mentale liée à l’espace temporel qui va du présent à l’avenir.

Or, outre les emplois du subjonctif grec ancien, certains faits suggèrent que cette forme avait fondamentalement une signification temporelle. Ainsi, elle n’est pas étymologiquement apparentée au subjonctif latin (qui est plutôt apparenté à l’optatif grec). Ce sont des formes de futur qui en latin correspondent étymologiquement à celles du subjonctif grec (formes marquées par l’allongement de la voyelle thématique : type legēs). Outre ce rapprochement étymologique avec un futur latin, on peut signaler l’emploi sporadique en grec même de certaines formes de subjonctif en lieu et place d’une forme de futur inexistante (par exemple la forme ἔδομαι qui chez Homère sert de futur à  ἔδμεναι « manger »).

Il n’est donc pas étonnant que d’autres grammairiens soient allés jusqu’à considérer que ce que nous appelons le mode subjonctif du grec ancien n’était primitivement rien d’autre qu’une forme de futur. Celle-ci se serait ensuite spécialisée dans certains emplois de caractère plus modal, à cause de la concurrence qui lui a été faite par la forme de futur sigmatique. C’est en particulier la position de Goodwin 1912, p. 2-3 :

The subjunctive, in its simplest and apparently most primitive use, seen in Homer, expresses futurity, like the future indicative… Though this primitive use disappears in the later language, the subjunctive still remains closely related in sense to the future indicative, and in most of its constructions can be changed with it.

Cette conception se retrouve chez Hahn1953, pour qui le subjonctif grec ancien exprime « futurity and nothing else ».

Mais c’est là une position extrême qui généralement n’est pas adoptée. La position la plus commune consiste à distinguer subjonctif et futur, même dans leurs emplois partagés. Ainsi, pour Kühner-Gerth 1898, tandis que l’indicatif futur permet d’opposer l’avenir au présent avec une « certitude » (ou une « précision ») objective (mit « objektiver Bestimmtheit », I, p. 21-218), le subjonctif, du fait de sa valeur modale, ne peut exprimer que l’attente subjective (« die subjektive Erwartung »). Une opposition semblable est exprimée aussi dans Schwyzer-Debrunner 1950, p. 310.

Mais cette opposition objectif / subjectif n’est pas très claire, et l’emploi du futur ne correspond pas toujours à une certitude, ni à une grande précision (selon le sens que l’on donne à Bestimmtheit). Plus exactement, contrairement à l’indicatif futur qui implique une prévision actuelle sur l’avenir, avec plus ou moins de certitude, le subjonctif implique l’absence de toute prévision. On dira donc provisoirement, pour concilier les opinions divergentes des grammairiens, que le subjonctif grec ancien exprime fondamentalement la représentation mentale d’un procès se réalisant du présent à l’avenir, ce qui le rapproche de l’indicatif futur, mais sans indiquer une prédétermination actuelle, ce qui l’en distingue. C’est bien ce que montre l’examen systématique des emplois.

2. LES PRINCIPAUX TYPES D’EMPLOI

On s’est souvent contenté de distinguer deux emplois principaux, un emploi éventuel et un emploi volontatif. Cette attitude est illustrée en particulier dans Schwyzer-Debrunner 1950, p 309 :

Wie im Indoiranischen wird der Konjunktiv im Griechischen vom Anbeginn der Überlieferung an sowohl von einer Subjektiv erwarteten Verwirklichung, prospektiv, als von einer gewollten Verwirklichung, voluntativ, gebraucht.

Un emploi du subjonctif est dit « volontatif » lorsqu’il sert à exprimer un acte énonciatif d’un type particulier. On doit donc en fait pouvoir lui opposer plusieurs emplois selon les diverses valeurs énonciatives de l’énoncé. Chez Homère on peut ainsi distinguer quatre types d’emploi, selon que la représentation mentale d’un procès est simplement exprimée sans faire l’objet d’un acte énonciatif, ou selon qu’elle fait l’objet d’un acte énonciatif, lequel peut être un acte de jugement, de volonté, ou d’interrogation. À ces quatre types d’emploi correspondent d’ailleurs en grec ancien des contextes syntaxiques différents (nature de la proposition, présence ou absence de particule modale, choix de la négation).

A.    Absence d’acte énonciatif autonome

En l’absence d’un acte énonciatif autonome, un énoncé est senti comme incomplet. Cet emploi est donc un emploi en proposition subordonnée qui conditionne ou complète une proposition principale où s’exprime un acte énonciatif. On le trouve en subordonnée conditionnelle, après εἰ ou αἰ, dans des temporelles, des relatives, certaines finales. La négation est la négation μή non assertive. Une particule modale est fréquente chez Homère, constante en prose attique.

(2) Il. 1 137 Εἰ δέ κε μὴ δώωσιν

Mais s’ils ne la donnent pas…

Ce tour permet d’imaginer une éventualité en la présentant comme non prédéterminé (absence de jugement), et sans que le locuteur indique ses désirs à son égard (absence d’acte de volonté). Ainsi en (2) Agamemnon envisage l’éventualité de l’absence dans l’avenir d’une compensation donnée par les Achéens, sans exprimer ni prédétermination ni désir à l’égard de cette éventualité. En revanche, le tour avec indicatif futur, qu’on trouve dans le même contexte, deux vers plus haut, fait l’hypothèse d’une intention ou prévision actuelle. L’avenir y est donc imaginé comme prédéterminé. Et c’est cette prédétermination qui fait l’objet de l’hypothèse.

(3) Il. 1 135 εἰ μὲν δώσουσι

S’ils ont (maintenant) l’intention de donner…

L’hypothèse au subjonctif est donc ici paradoxalement plus future que l’hypothèse exprimée avec un indicatif futur.

Des emplois très semblables du subjonctif s’observent dans certaines relatives et dans certaines finales. Le cas des temporelles, qui n’admettent pas l’indicatif futur, est différent. Ce qui est envisagé grâce à un subjonctif y est parfois en fait bien prévisible.

(4) Il. 9 707 ἐπει κε φανῇ ῥοδοδάκτυλος Ἠώς

Lorsque paraîtra l’aurore aux doigts de rose

Cette particularité s’explique par la fonction propre de ces temporelles, qui envisagent un fait de l’avenir simplement comme point de repère temporel, sans donc pouvoir en exprimer une prédétermination actuelle. C’est pourquoi, ὅτε suivi d’un indicatif futur n’a pas un sens temporel, mais relatif, « au moment où… », ou causal, « attendu que… » (voir Basset 1989, p. 102-104). Ainsi ces temporelles, qui n’expriment pas la prédétermination d’un fait à venir (même quand ce fait est effectivement prédéterminé), ne contredisent pas la définition proposée ci-dessus du subjonctif.

 B.    Le subjonctif judicatif

L’emploi d’un subjonctif judicatif ou assertif s’observe chez Homère, mais a disparu de la prose attique. Il s’oppose à l’emploi précédent en ce que le locuteur y exprime un jugement sur le fait à venir qu’il envisage. D’autre part, il s’oppose à, l’indicatif futur en ce que le fait à venir y est jugé comme non prédéterminé. Il n’est pas jugé comme prévisible, mais seulement comme réalisable. C’est donc un jugement de possibilité et l’énoncé a une valeur affirmative très faible.

C’est une possibilité de réalisation qui s’oppose en outre à la possibilité de raisonnement, ou logique, qu’exprime l’optatif grec, comme dans l’exemple suivant.

(5) Il. 9 57 ἐμὸς δέ κε καὶ πάις εἴης

Et tu pourrais même être mon fils

C’est en se fondant sur leur différence d’âge que Nestor peut dire une telle chose à Diomède, qui n’est pas son fils et ne pourra jamais l’être. Cette possibilité de raisonnement, fondée sur une circonstance, mais en ne tenant pas compte d’autres circonstances, s’oppose à la possibilité de réalisation, que rien ne fait prévoir ni n’empêche, exprimée par le subjonctif.

Il s’agit d’un emploi de proposition principale ou équivalente (subordination lâche). Il est souvent accompagné d’une particule modale.

(6) Il. 6 459 καί ποτέ τις εἴπῃσιν

Et il se peut qu’on dise un jour…

(7) Il. 22 505 νῦν δ᾽ἂν πολλὰ πάθῃσι

Mais maintenant, il va peut-être beaucoup souffrir

Mais le plus souvent la phrase est négative, avec la négation assertive οὐ, ce qui oppose cet emploi à tous les autres. Le tour négatif exprime une impossibilité (éventualité irréalisable). Il prend donc, contrairement au tour positif, une très grande force assertive et peut enchérir sur le tour avec l’indicatif futur. Ainsi dans la progression de l’exemple suivant.

(8) Od. 16 437 οὐκ ἔσθ᾽οὗτος ἀνήρ, οὐδ᾽ἔσσεται, οὐδὲ γένηται

Ce type d’homme n’existe pas, n’existera pas, et ne risque pas de naître

Certains n’accordent à ces subjonctifs qu’une valeur de futur, tout au plus emphatique. Mais, contrairement à ce que prétendent Goodwin 1912 et Hahn 1953, il semble bien que le dernier terme de la progression ci-dessus s’oppose au précédent plus par la valeur modale que par la valeur aspectuelle. On passe de l’inexistence dans l’avenir à l’impossibilité de venir à l’existence.

C. Le subjonctif volontatif

Un emploi du subjonctif est volontatif lorsque l’éventualité envisagée est l’objet de la part du locuteur d’une attitude affective de désir ou de rejet. Contrairement aux emplois précédents, cet emploi n’est jamais accompagné d’une particule modale. La négation est la négation non assertive μή. À la valeur volontative s’ajoute ou non une valeur conative (volonté d’agir directement sur le comportement à venir d’interlocuteurs).

a)     Avec valeur conative : exhortation, défense (avec négation μή)

(9) Od. 22 73 ἀλλὰ μνησώμεθα χάρμης

Mais rappelons notre ardeur belliqueuse

(10) Il. 5 684 μὴ δή με… ἐάσῃς

Prends garde à ne pas me laisser…

Plutôt que la défense à effet immédiat, μήet le subjonctif aoriste expriment une mise en garde concernant une éventualité encore lointaine. Au moment où il prononce les mots ci-dessus, Sarpédon n’est que blessé à la cuisse et ses compagnons l’emmènent vers l’arrière. La position du guerrier gisant sur le champ de bataille est pour lui encore éloignée de la réalité. Ce n’est pas le cas d’Hector blessé à mort par Achille dans l’exemple suivant.

(11) Il. 22 339 μή με ἔα…

Ne me laisse pas… tel que je suis

Ici l’emploi de l’impératif présent actualise la défense. Dans d’autres cas, il la généralise. Le subjonctif, au contraire, repousse son effet dans un avenir non prédéterminé.

b)    Sans valeur conative : désir, but, crainte (avec μή)

(12) Il. 2 195 μή τι χολωσάμενος ῥέξῃ κακόν

Il est à craindre que de colère, il ne fasse du mal…

Tous ces emplois où s’exprime une volonté du locuteur se trouvent d’abord en proposition indépendante. Mais les progrès de la subordination les ont introduits dans certaines  propositions subordonnées complétives ou finales sans particule, où ils expriment la volonté de l’agent principal (emploi « protagonistique »).

(13) Il. 4 247-249 ἦ μένετε… ὄφρα ἴδητ᾽…

Ou bien attendez-vous… pour voir… ?

La finale n’exprime plus ici la volonté du locuteur, mais celle de ses interlocuteurs, auxquels renvoie le sujet du verbe principal

D.   Le subjonctif interrogatif

Un emploi du subjonctif proprement interrogatif est un emploi où le locuteur s’interroge directement sur une éventualité et non sur sa possibilité, auquel cas l’emploi serait judicatif avant d’être interrogatif. Un tel emploi est délibératif si le locuteur, qui contrôle la réalisation d’un fait à venir, ne sait que faire. Il est d’aporie, si le locuteur, qui ne contrôle pas la réalisation d’un fait à venir, ne sait plus quelle issue imaginer (Schwyzer-Debrunner 1950, p. 318).

a) Avec valeur délibérative :

(14) Od. 15 509 πῇ ἴω;

Où aller ?

c)     Avec valeur d’aporie :

(15) Od. 5 465 Τί πάθω;

À quel malheur m’attendre ?

Ces emplois sont souvent rhétoriques et traduisent l’incapacité du locuteur non seulement à prévoir, mais même à imaginer l’avenir qu’il s’agisse ou non d’une conduite à tenir. Il n’y a jamais de particule.

E. Portée temporelle habituelle du subjonctif grec selon les emplois

Parmi tous ces emplois du subjonctif en grec ancien, les emplois interrogatifs, qu’ils soient délibératifs ou d’aporie, sont nécessairement tournés vers l’avenir. Il en est de même, parmi les emplois volontatifs, pour ceux qui ont une valeur conative (exhortation, défense). Mais d’autres emplois paraissent moins restreints à l’avenir.

On sait que l’hypothèse éventuelle est soit l’hypothèse d’un fait particulier à venir, soit celle d’un fait général, comme dans l’exemple suivant.

(16) Il. 1 166-167 ἀτὰρ ἤν ποτε δασμὸς ἵκηται

σοὶ τὸ γέρας πολὺ μεῖζον

Mais quand vient l’heure du partage, ta part est bien plus grande

Cette valeur générale se rencontre aussi dans l’emploi judicatif propre à la langue homérique.

(17) Od. 4 692 ἄλλον κ᾽ἐχθαίρῃσι βροτῶν

Il se peut qu’elle haïsse un mortel

Il s’agit de la justice exercée par les rois. L’exemple affirme qu’une éventualité est ouverte d’une façon générale, assertion fondée sur l’expérience de la partialité des rois.

Dans ces emplois, si l’énoncé ne nous oriente plus précisément vers un moment particulier de l’avenir, on peut cependant considérer qu’est envisagée toute répétition éventuelle, à partir du moment de parole, d’un fait d’expérience. De tels exemples, qui reposent sur une induction amplifiante, ne font donc pas exception à la règle qui cantonne le subjonctif grec ancien dans la zone temporelle qui va du présent vers l’avenir.

3. EXCEPTIONS HOMÉRIQUES

C’est seulement à propos d’exemples avec μή exprimant la crainte qu’on a parfois parlé d’emplois du subjonctif visant un fait passé. On peut en effet y exprimer la crainte que quelque chose se soit produit. Ainsi dans Kühner-Gerth 1898, p. 27 :

Sehr selten wird der Konjunktif von einer bereits eingetretenen Handlung gebraucht…

Les exemples donnés sont tous homériques. Goodwin 1912 est plus explicite :

In a few passages of Homer, the aorist subjunctive with μή seems to express a similar fear that something proves to have already happened.

Voici les exemples les plus souvent relevés :

(18) Il. 1 555 δείδοικα… μή σε παρείπῃ

J’ai peur que (Thétis) ne t’ait séduit par ses paroles…

C’est Héra qui parle, après l’entretien de Zeus et Thétis. Elle soupçonne Zeus, avec raison, d’avoir accordé à Thétis la promesse de retarder la chute de Troie.

(19) Il. 10 98-99 μὴ… κοιμήσωνται

De peur qu’ils ne se soient endormis…

Agamemnon, inquiet, vient de réveiller Nestor en pleine nuit. Il lui demande d’aller inspecter avec lui les sentinelles qui gardent l’armée. Certains traducteurs ne voient pas ici une référence au passé. Ainsi Paul Mazon a traduit « nous verrons qu’ils n’aillent pas… s’endormir » (CUF). Mais cette interprétation, sans doute inspirée par l’emploi habituel du subjonctif, est dans le contexte moins satisfaisante.

(20) Il. 10 538 δείδοικα… μή τι πάθωσιν

J’ai peur qu’il ne leur soit arrivé un malheur…

Ulysse et Diomède sont partis en expédition dans la nuit. Un bruit de galop suggère à Nestor qu’il s’est passé quelque chose, et il craint que ce soit un malheur.

Comme (19), certains exemples se prêtent à deux interprétations, la référence à l’avenir restant parfois possible. On pourrait donc réduire la liste des exceptions, mais non la supprimer, car d’autres exemples, comme (18), ne permettent que la référence au passé. On peut en revanche l’élargir, car parmi les exemples habituellement compris comme exprimant une crainte sur l’avenir, on constate que parfois le renvoi au passé est aussi ou même plus vraisemblable. Ainsi dans l’exemple suivant :

(21) Il. 11 470 δείδω μή τι πάθῃσν…

J’ai peur qu’il ne lui soit arrivé malheur

Ménélas s’inquiète pour Ulysse qu’il a entendu crier au sein de la mêlée. Le malheur dont il craint l’existence appartient donc plutôt au passé. De fait, Ulysse a déjà été blessé. Pourtant Paul Mazon (CUF) a traduit « Je crains qu’il ne lui arrive malheur » (voir aussi Il. 10 101 et Od. 22 213).

Dans les exemples évoqués ci-dessus le verbe est à l’aoriste. Mais la syntaxe de Kühner-Gerth cite aussi les deux exemples suivants, où le verbe est à un autre thème aspectuel.

(22) Od. 13 216 μή τί μοι οἴχωνται… ἄγοντες

…de peur qu’ils ne soient partis en emportant…

Ulysse, que les Phéaciens ont laissé endormi sur un rivage inconnu, s’inquiète pour ses trésors.

(23) Od. 24 491 μὴ δὴ σχεδὸν ὦσι κιόντες

… de peur qui ne soient tout près, s’étant approchés

Ulysse craint l’approche de l’ennemi.

Si l’on accepte ces deux exemples, la limitation à l’aoriste affirmée par Goodwin 1912 n’est pas tout à fait exacte. Mais il faut préciser que οἴχωνται (22) est un thème de présent à sens de parfait, ce qui rend plus facile l’évocation d’une action passée à partir de l’état qui en résulte. Et (23) ne renvoie au passé que par l’intermédiaire du participe aoriste κιόντες, le thème de présent ὦσι évoquant un état actuel, donc ni passé, ni futur.

Or le recours au subjonctif présent pour exprimer la crainte d’un procès ou état actuel, et non plus futur, constitue un tour connu hors de la langue homérique. Les grammairiens citent en effet des exemples de ce type tirés de la prose et de la poésie attiques :

(24) Platon Théét. 188d  Μὴ ἁπλοῦν ᾖ ὅτι…

J’ai peur que ce ne soit simplement que…

Selon Goodwin 1912 ce tour apparaît chez Hérodote, et il l’appelle « cautious assertion », c’est-à-dire « assertion prudente » (p. 92). Mais un exemple comme (23) ci-dessus montre qu’il est déjà homérique et ne se distingue guère, sinon par une différence aspectuelle, des exemples qui renvoient au passé. Il en est de même pour l’exemple suivant, où il s’agit d’une activité actuelle.

(25) Od. 5 356 μή τίς μοι ὐφαίνῃσιν δόλον

J’ai peur que l’un (des dieux) ne soit en train de me tisser un piège

Une déesse vient de conseiller à Ulysse d’abandonner son radeau. Il craint que ce soit un piège.

Tous ces exemples sont du même type et pourraient constituer un développement particulier lié à l’expression de la crainte avec μή. Mais il existe au moins un exemple homérique où le subjonctif aoriste d’une subordonnée conditionnelle (hypothèse éventuelle) semble aussi renvoyer à un fait passé.

(26) Od. 23 79 αἴ κέν σ᾽ἐξαπάφω κτεῖναι μ᾽οἰκτίστῳ ὀλέθρῳ

Si je t’ai menti, inflige-moi la pire des morts

Euryclée a annoncé à Pénélope le retour d’Ulysse, sous l’apparence du mendiant. Devant son incrédulité, elle lui a proposé de vérifier ses propos par le recours à un signe de reconnaissance (la cicatrice).

Il ne s’agit donc pas seulement d’expression de la crainte. Tous ces emplois semblent contredire la conception du subjonctif grec ancien comme mode de la « réalisation attendue » (Kühner-Gerth : « erwarteten Erwirklichung »). En effet, les faits qui sont craints ou supposés dans ces exemples sont, avec l’aoriste, des faits déjà réalisés, ou, avec le thème de présent, des faits en cours de réalisation.

4.  INTERPRÉTATION DES EXCEPTIONS

Les exemples évoqués ci-dessus donnent l’impression que le subjonctif y est employé à la place d’un indicatif passé ou présent. Il semble par exemple que l’hypothèse de (26) serait exprimée par  εἰ et l’indicatif aoriste en prose attique (« si vraiment je t’ai menti… »). Cette impression a été plusieurs fois affirmée à propos des « cautious assertions ». Ainsi Kühner-Gerth 1898, p. 217 :

Das Regelmassige ist in diesem Falle der Indikativ

Monro 1882, p. 260-261, énonce la même règle. Cette impression a pu aller parfois jusqu’à faire proposer des corrections substituant un indicatif au subjonctif. Ainsi selon Küher-Gerth 1898, Van Herwerden a conjecturé παρεῖπεν pour παρείπῃ en (18).

L’exemple homérique le plus souvent invoqué pour illustrer l’usage de l’indicatif aoriste dans l’expression d’une « cautious assertion » renvoyant au passé est le suivant :

(27) Od. 5 300δείδω μὴ δὴ πάντα θεὰ νημερτέα εἶπεν

Je crains que la déesse n’ait dit que la vérité

Si l’on compare cet exemple avec (18), on voit qu’on traduit uniformément en français avec un subjonctif passé là ou le grec ancien emploie tantôt le subjonctif, tantôt l’indicatif. D’où l’impression que le subjonctif aoriste n’est pas justifié en (18), et la conjecture de Van Herwerden. Goodwin 1912, p. 26-27, exprime aussi cette idée, mais en proposant le subjonctif parfait comme substitut :

The reference to the past here cannot come from any past force of the aorist subjunctive itself, but is probably an inference drawn from the context. As the later language would use a perfect subjunctive in such cases, the aorists seem to be instances of an earlier laxity of usage.

Mais avant d’y voir un exemple « d’emploi relâché », il faut se demander si la situation est bien la même en (18) et en (27). Or il est clair qu’Ulysse en (27) n’est pas dans la même situation qu’Héra en (18). Au moment où il parle, la tempête prédite par Calypso a déjà éclaté, et la vérité de sa prédiction n’est plus douteuse à ses yeux. Ce n’est donc pas par incertitude qu’il a recours à une « assertion prudente ». Mais comme cette vérité qui vient d’éclater est effrayante pour lui, il a du mal à se l’avouer. On pourrait traduire :

« J’ai peur de reconnaître que la déesse a dit vrai », ou mieux : « La déesse a dit vrai, j’en ai peur ». Ce qu’exprime ainsi Ulysse est une certitude effrayée.

En revanche, Héra, en (18), n’a que des soupçons. Elle ne sait pas ce qui s’est passé entre Zeus et Thétis, mais s’attend à le découvrir à travers le comportement à venir de Zeus. On pourrait traduire, en explicitant la signification du subjonctif grec : « J’ai peur de découvrir que Thétis t’a séduit ». Il y a donc bien attente, dans l’ignorance, d’un événement, ce qui justifie l’emploi du subjonctif. Mais ce qu’on attend dans l’avenir n’est pas le fait de la séduction (qui, lui, est passé), c’est seulement sa révélation.

Or on constate que, dans tous les exemples du subjonctif portant sur un fait passé ou actuel, il s’agit d’un fait qui, pour une raison ou une autre, ne se manifeste pas au moment où il se réalise et ne s’est pas encore manifesté au moment où l’on parle. Le contenu de l’entretien de Zeus et Thétis (18) est resté secret. La nuit et l’éloignement cachent à Agamemnon le comportement des sentinelles (19), et à Nestor le sort d’Ulysse et Diomède (20). La mêlée empêche Ménélas de voir ce qui est arrivé à Ulysse (21). Le sommeil a empêché Ulysse de voir ce que les Phéaciens ont emporté (22)… Quant au supposé mensonge d’Euryclée (26), seule la mise à l’épreuve pourra le révéler. Dans tous les cas, il n’est né qu’un soupçon, à partir d’indices, le galop dans la nuit en (20), le cri d’Ulysse en (21), ou tout simplement de l’expérience, comme celle du comportement fréquent des sentinelles (19) ou de Zeus (18).

Ces remarques nous incitent à corriger la définition générale du subjonctif en grec ancien, mais sans renoncer à la limitation temporelle au futur qui lui est habituellement reconnue. Le subjonctif du grec ancien exprime bien un événement auquel on peut s’attendre (sans qu’il soit prédéterminé), mais cet événement n’est pas chez Homère la réalisation d’un fait, il en est la manifestation ou apparition.

Ainsi, le tour avec μή et le subjonctif n’exprime pas la crainte qu’un fait se réalise, mais celle qu’un fait apparaisse ou se révèle, quel que soit le moment de sa réalisation. De même, suivi d’un subjonctif, αἴ κένne signifie pas chez Homère « s’il arrive que », comme cela est parfois suggéré dans les grammaires, mais « s’il apparaît que ». Le sens exact de la réplique d’Euryclée en (26) est en effet : « s’il apparaît que je t’ai menti ».

Or habituellement, l’apparition d’un fait coïncide avec sa réalisation. Ce n’est qu’en cas de réalisation cachée (secret, mensonge, nuit, … ) qu’apparaît un écart temporel, l’apparition ou manifestation étant alors postérieure à la réalisation. En ce cas, on peut attendre l’apparition d’un fait déjà réalisé, ce qui peut donner l’impression que le subjonctif porte sur un fait passé.

5. STRUCTURE ASPECTUELLE DU VERBE GREC ANCIEN

C’est grâce à sa structure fondamentalement aspectuelle que le verbe grec ancien peut ne pas renvoyer directement à la réalisation d’un procès, mais seulement à sa manifestation, en séparant parfois l’une de l’autre.

En français moderne, une forme verbale personnelle est le plus souvent sentie comme visant directement un fait dans sa réalisation, en situant celle-ci sur l’axe temporel. Ainsi « j’ai mangé » est habituellement un passé, renvoyant directement à un acte accompli dans le passé. Mais il est parfois possible de le comprendre comme un présent, au sens de « je suis repu » (par exemple à la fin d’un repas). Ce qui est alors visé n’est pas l’acte accompli dans le passé, mais la façon dont il se manifeste actuellement. La forme n’est plus alors une forme temporelle de passé, mais une forme aspectuelle de parfait (au sens du parfait grec), avec valeur temporelle de présent.

Or une forme verbale du grec ancien est habituellement aspectuelle en ce sens, c’est-à-dire qu’elle ne vise pas directement un procès, mais la façon dont ce procès se manifeste à un moment donné. On distingue trois aspects liés à trois thèmes verbaux :

  1. Le thème de présent donne représentation d’un procès en cours, à l’intérieur d’une continuité (valeur durative). Au subjonctif, cette représentation est située à un moment envisagé dans l’avenir plus ou moins proche. Mais la continuité ainsi envisagée peut avoir déjà commencée au moment où l’on parle. Ce qu’exprime alors un exemple comme (25) est la crainte actuelle de découvrir bientôt un acte de tromperie de la part des dieux en cours. Et le contexte indique qu’en ce cas la tromperie a déjà commencé au moment de parole, ce que permet le fait que le thème de présent ne précise pas le commencement (ni la fin) du procès.
  2. Le thème de parfait donne représentation d’un procès tel qu’il se manifeste après son émergence comme fait, « après son terme », selon la formule de Ruiperez 1982 (continuité après discontinuité). Au subjonctif, c’est cette représentation postérieure à l’émergence du fait qui est envisagée du présent à l’avenir. Ce thème est donc celui qui est le plus susceptible de renvoyer à une réalisation passée. C’est ce que suggérait Goodwin 1912, p.27, lorsqu’il indiquait que le subjonctif parfait serait pour cela plus approprié que le subjonctif aoriste.
  3. C’est l’emploi de l’aoriste qui paraît le plus inattendu dans nos exemples, car l’aoriste est un thème aspectuel qui habituellement semble renvoyer au fait lui-même, qu’on lui donne une valeur globalisante ou ponctuelle. Mais selon notre interprétation de l’aspect comme mode de manifestation d’un procès à un moment donné, il en exprime l’apparition comme fait isolable et discontinu dans la durée continue. Au subjonctif cette apparition ou émergence du fait est envisagée du présent à l’avenir. Il faut alors distinguer selon qu’elle coïncide avec la réalisation du fait (cas habituel), ou qu’elle lui est postérieure, la réalisation étant demeurée cachée pendant quelque temps. C’est en ce cas seulement que la réalisation du fait, mais non son émergence, peut appartenir au passé.

Mais distinguer ainsi l’apparition du procès de sa réalisation suppose une référence implicite à un « témoin », donc une valeur aspectuelle de caractère nettement subjectif. Il suffit que cette valeur subjective s’affaiblisse pour que la discontinuité que vise l’aoriste ne puisse plus être liée qu’à la réalisation du procès (valeurs factive, terminative ou inchoative). L’émergence du fait pour un témoin devient alors simple émergence au monde. Une telle objectivation de la valeur aspectuelle à l’époque classique peut expliquer la désuétude après Homère des tours où le subjonctif permet d’envisager la découverte à venir d’un fait passé.

 CONCLUSION

Pour conclure, il paraît tentant de s’élever au-dessus de ces considérations de syntaxe pour en suggérer des implications culturelles. Il est en effet possible d’évoquer certaines concordances avec des faits de vocabulaire en grec archaïque. Levet 1976 a en effet montré, entre autres, qu’un terme comme  « vrai, réel » implique en grec archaïque un dévoilement, c’est-à-dire une manifestation. Ce sens est d’ailleurs suggéré par l’étymologie (p. 80). Et cette nuance « essentiellement subjective, est ferment ressentie par une mentalité archaïque qui distingue soigneusement le réel qui est du réel connu » (p. 84).

Je serais donc porté à penser que, dans le vocabulaire comme dans la syntaxe verbale, le grec archaïque n’exprime le réel qu’en tant qu’il se manifeste et se dévoile à l’homme. Ainsi le courant de pensée représenté par Protagoras, pour qui « l’homme est la mesure de toute chose », parait conforme à tout un arrière-plan culturel de la Grèce antique, dont on peut trouver l’expression jusque dans la syntaxe du verbe. On sera dès lors plus sensible à la vigueur toute copernicienne de la révolution philosophique mise en œuvre par Platon, qui rejette les « phénomènes » dans le monde de l’apparence et du faux.

BIBLIOGRAPHIE

BASSET L. 1989 : La syntaxe de l’imaginaire, étude des modes et des négations dans l’Iliade et l’Odyssée, Lyon.

GONDA J. 1956 : The character of the indo-european Moods, Wiesbaden.

GOODWIN W.W. 1912 : Syntax of the Moods and Tenses of the greek Verb, Londres.

GUILLAUME G. 1929 : Temps et verbe, Paris.

HAHN E.A. 1953 : Subjunctive and Optative. Their Origin as Futures, New-York.

HUMBERT J. 1960: Syntaxe grecque, Paris.

KÜHNR-GERTH 1898 (I) et 1904 (II) : Ausführliche Grammatik der griechischen Sprache, Zweiter Teil, Hanovre.

LEVET J.P. 1976 : Le vrai et le faux dans la pensée grecque archaïque, I, Paris.

MONRO D.B. 1882 : A Grammar of the homeric Dialect, Oxford.

RUIPEREZ M.S. 1982 : Structure du système des aspects et des temps du verbe en grec ancien (trad. M. Plénat et P. Serça), Paris-Besançon.

SCHWYZER-DEBRUNNER 1950 : Griechische Grammatik, II, Munnich.